Coronavirus : le nombre de personnes au bord de la famine dans le monde pourrait doubler en 2020, alerte l'ONU

Des réfugiés attendent de la nourriture au camp Kabasa, le 8 mars 2018, en Somalie.
Des réfugiés attendent de la nourriture au camp Kabasa, le 8 mars 2018, en Somalie. (GIOIA FORSTER / DPA / AFP)

En raison des conséquences économiques de la pandémie, le nombre de personnes au bord de la famine pourrait passer de 135 à 265 millions de personnes.

L'épidémie renforce la précarité. Le nombre de personnes au bord de la famine dans le monde risque de doubler en 2020 à cause de la pandémie de coronavirus, selon une projection du programme alimentaire mondial (PAM) dévoilée mardi 21 avril. Il pourrait atteindre "plus de 250 millions d'ici la fin de 2020", a averti cette agence de l'ONU, qui a également contribué mardi à un rapport sur les crises alimentaires.

>> Retrouvez dans notre direct les dernières informations sur l'épidémie de coronavirus

Selon ce rapport, le nombre de personnes au bord de la famine a nettement augmenté en 2019, passant de 113 à 135 millions de personnes, en raison des conflits, des problèmes climatiques et des chocs économiques. Mais pour 2020, c'est une explosion de ce nombre qui se profile, lequel passerait de 135 à 265 millions de personnes, en raison des conséquences économiques de la pandémie, selon la projection du PAM.

Chaque jour, "environ 21 000 personnes meurent de causes liées à la faim"

"Des gens qui avaient besoin d'aide vont avoir besoin d'aide plus longtemps et de nouvelles personnes vont se retrouver en situation d'insécurité alimentaire à cause du Covid-19", a déclaré Arif Husain, économiste principal au PAM, auteur de cette étude et coauteur du rapport présenté mardi. "Ce Covid n'aurait pu arriver à un pire moment", a-t-il estimé, alors que la situation était déjà en train de se dégrader.

Chaque jour déjà, a-t-il rappelé, "environ 21 000 personnes meurent dans le monde de causes liées à la faim", avant de prévenir. "C'est la situation habituelle dans le monde, avant la pandémie."

Vous êtes à nouveau en ligne