En Mauritanie, le blogueur condamné pour blasphème attend sa libération après un repentir public

Le blogueur mauritanien Mohamed Cheikh Ould Mkheïtir, en détention depuis janvier 2014.
Le blogueur mauritanien Mohamed Cheikh Ould Mkheïtir, en détention depuis janvier 2014. (Photo Comité de soutien sur Facebook)

En prison depuis plus de cinq ans, Mohamed Cheikh Ould Mohamed Mkheïtir est maintenu en détention au-delà de sa peine.

Condamné après la publication en 2013 d’un article jugé blasphématoire envers le prophète de l’islam, Mohamed Cheikh Ould Mohamed Mkheïtir, 36 ans, s'est de nouveau repenti cette semaine. C’était la condition posée par des chefs religieux pour sa libération.

Comme je l'avais annoncé au début de 2014 et comme je l'ai répété à toutes les occasions qui s'offraient à moi devant les tribunaux, je réaffirme ici mon repentir devant Allah, le Seigneur des MondesMohamed Cheikh Ould Mohamed Mkheïtir, blogueur mauritanienFacebook

(Post en arabe sur Facebook)

Une longue attente

Cette pénitence publique a été exigée par une commission d’oulémas mise en place par le président mauritanien sortant Ould Ben AbdelAziz. Il s’agit de "préparer l’opinion nationale" à la libération du blogueur, comme l’a expliqué à l’AFP un responsable mauritanien. En 2013, sa publication avait provoqué d’importantes manifestations dans le pays où on réclamait son exécution pour blasphème. Depuis, Mohamed Cheikh Ould Mohamed Mkheïtir s’est repenti, il a échappé à une condamnation à mort, mais n’a toujours pas retrouvé la liberté. Il est en prison depuis janvier 2014.

Vous êtes à nouveau en ligne