Les sujets du jour
CoronavirusConfinement#OnVousRépondElections municipales 2020

Covid-19 : le Maroc achète les stocks de Nivaquine produits par Sanofi dans une usine de Casablanca

Une Marocaine sur la place Jamaa el-Fna désertée en raison de l'appel des autorités à ne plus se déplacer sans raison impérative, le 18 mars 2020. (FADEL SENNA / AFP)

Le gouvernement marocain décide de traiter les malades avec de la chloroquine produite dans une usine du groupe Sanofi basé à Casablanca.

Le Maroc reste encore relativement épargné par le virus, mais le nombre de cas déclarés est passé de 8 à 66 en une semaine, avec trois décès. Avant que les choses ne s'aggravent, les autorités ont préféré anticiper les recommandations scientifiques. Le gouvernement marocain a décidé de traiter les patients positifs au Covid-19 avec de la chloroquine, médicament actuellement produit dans le pays. Il vient pour cela d’acheter tous les stocks de l’usine Sanofi de Casablanca. La nivaquine ou chloroquine, vieil anti-paludéen connu depuis des décennies, est-elle la nouvelle arme décisive contre le Covid-19 ? A ce jour, l’OMS émet pourtant des réserves et les scientifiques restent prudents.

Les scientifiques appellent à la prudence

A Marseille, l’infectiologue Didier Raoult affirme depuis plusieurs jours que l’effet du Plaquenil (à base de chloroquine) est efficace auprès des trois quarts des patients infectés. Mais l’essai ne portait que sur 24 malades qui n’avaient pas de complications sévères. Il faut donc, selon les scientifiques, pousser plus loin les essais cliniques et sur un effectif plus important.

Le gouvernement marocain n’a donc pas attendu le feu vert de l’OMS et des scientifiques pour agir, alors que les essais cliniques sont toujours en phase de test dans plusieurs pays. D'après le site en ligne Yabiladi, les Marocains se sont déjà rués sur les stocks de Plaquenil (à base de chloroquine) en pharmacie.

Les autorités ont commencé à prendre des décisions draconiennes comme la supension des vols internationaux – quelques milliers de touristes étrangers, dont beaucoup de Français, sont toujours bloqués en attente d'un vol –, mais aussi la fermeture des écoles, des universités, des lieux culturels et sportifs, des cafés, des restaurants, des commerces "non essentiels" et enfin des mosquées.

Le Maroc se met en ordre de bataille 

Les marocains sont donc instamment invités à rester chez eux, un couvre-feu a été instauré chaque soir à partir de 18h. "La place Jamaa el-Fna, est aujourd'hui totalement vide, quasiment aucune voiture dans les rues de Marrakech, une image surréaliste", témoigne Catherine D., une Française installée au Maroc depuis 15 ans. Autre mesure : la désinfection systématique des lieux public, des caisses de supermarché, des rampes d’escalators. Mais déjà, "les prix de la viande et des légumes ont doublé" et "les maisons d’hôtes ont renvoyé leurs salariés". A la crise sanitaire, les Marocains redoutent que s'ajoute une crise sociale.