14-18: des ouvriers coloniaux dans une poudrerie en Bretagne

Chef poudrier et travailleurs coloniaux à Pont-de-Buis
Chef poudrier et travailleurs coloniaux à Pont-de-Buis (Coll.part. © Locus Solus)

En 1916, pendant la Première guerre mondiale, quelque 400 travailleurs coloniaux ont été embauchés à la poudrerie de Pont-de-Buis (Finistère) pour remplacer les ouvriers partis au front, comme le raconte le livre «Poudre de guerre» publié aux éditions Locus Solus. Entretien avec l’historien Jérôme Cucarull qui a dirigé la rédaction de l’ouvrage.


D’où venaient ces travailleurs coloniaux ?
Au départ, les autorités pensaient accueillir des Annamites (Vietnamiens, NDLR). Mais une délibération de février 1916 indique que «l’emploi de main d’œuvre annamite ne donnait pas satisfaction», sans plus de précision. Ce sont donc des «Kabyles» qui sont finalement venus.

C’est-à-dire ?
Les sources documentaires parlent de «Kabyles», mais aussi d’«Arabes» et de «Tunisiens». En fait, ces termes ne correspondent pas à des catégories géographiques particulières. Car parmi ces hommes, on trouve aussi des Noirs. Mais là encore, les documents n’apportent pas de précisions. On sait que 400 coloniaux ont été embauchés à la poudrerie, qui comptait alors quelque 5600 ouvriers.

Quelle a été la réaction de la population à la venue de ces hommes ?
Apparemment, il n’y a pas eu trop de réactions hostiles. Dans les documents, on ne sent pas le racisme qu’on remarque à l’arsenal de Rennes sur lequel j’ai également travaillé. Là, le dossier était plus complexe : la ville était plus importante, il y avait aussi le problème des réfugiés. La situation était donc plus difficile à contrôler. Les femmes disaient : «Que les "sidis" aillent sur le front et qu’on nous ramène nos maris».

A Pont-de-Buis, on a isolé les travailleurs coloniaux. Il s’agissait d’éviter les contacts et les malentendus avec la population locale. Un isolement facilité par la présence d’un contingent de gendarmerie, renforcé en 1916.

Comment vivaient ces travailleurs ?
Leurs conditions d’existence étaient très difficiles et précaires. Ils vivaient dans des baraquements sans confort et peu chauffés, avec des hivers très rigoureux. De plus, ils étaient étroitement surveillés et devaient rester cantonnés quand ils ne travaillaient pas. Ils n’avaient le droit de sortir qu’une seule fois par semaine.

A partir des clichés de ses reporters, le journal «Excelsior» redessine des scènes impliquant des travailleurs coloniaux impliqués dans l\'effort de guerre. Supplément à l\'«Excelsior» du 17 septembre 1916.
A partir des clichés de ses reporters, le journal «Excelsior» redessine des scènes impliquant des travailleurs coloniaux impliqués dans l'effort de guerre. Supplément à l'«Excelsior» du 17 septembre 1916. (Locus Solus)


Avaient-ils des problèmes de nourriture ?
De son côté, la population locale n’avait pas trop de difficulté à se nourrir car elle vivait en zone rurale, à l’inverse de ce qui se passait en ville. Il en allait apparemment de même pour les ouvriers coloniaux. Mais l’alimentation était peu adaptée à leur culture.

Ils ont fini par se mettre en grève…
Les rapports de surveillance de la poudrerie ont relevé plusieurs grèves, la première en 1917, jusqu’au départ de ces hommes en 1918. Des mouvements sur lesquels on a peu de précision. A priori, il n’y a pas eu de violences. Il faut dire qu’ils savaient qu’ils risquaient le peloton d’exécution.

C’était d’abord une révolte contre les conditions de travail : les cadences à la poudrerie ne faisaient que s’accélérer pour répondre aux besoins du front. Pour des hommes venus de l’autre côté de la Méditerranée et qui devaient s’habituer au monde industriel, c’était un vrai choc culturel. Ils étaient aussi confrontés à la population ouvrière locale. Pour les autorités militaires, ces hommes n’étaient pas capables de travailler. Résultat : ils les voyaient parfois comme des «êtres inférieurs»

En faisant grève, ces travailleurs coloniaux rejetaient aussi l’autorité de gradés qui les considéraient avec mépris.

Pour autant, la répression semble avoir été relativement clémente...
On les a sanctionnés en les mettant au pain sec et à l’eau. Certains sont passés en conseil de guerre et ont été emprisonnés. Mais ils n’ont pas été jugés de la même façon que les militaires. Les fauteurs de troubles ont été envoyés à Marseille, port par lequel ils étaient arrivés. 

On ne se serait pas attendu à une telle attitude de la part des autorités en temps de guerre…
Il faut dire que celles-ci avaient besoin de cette main d’œuvre. Elles ne voulaient pas envenimer la situation au risque de la rendre incontrôlable.

Inauguration de la mosquée édifiée pour les musulmans employés à la poudrerie du Bouchet à Vers-le-Petit (aujourd\'hui dans l\'Essonne) le 12 juillet 1916. Le mufti El mokrani prêche devant les travailleurs tunisiens rassemblés.
Inauguration de la mosquée édifiée pour les musulmans employés à la poudrerie du Bouchet à Vers-le-Petit (aujourd'hui dans l'Essonne) le 12 juillet 1916. Le mufti El mokrani prêche devant les travailleurs tunisiens rassemblés. (Coll. La contemporaine)

On sait que craignant «l'éruption de troubles dans les colonies»le commandement français a pris «soin de ménager les particularités religieuses des soldats» coloniaux. Justement, votre livre évoque «une fête du ramadan le 25 juin 1917». 
Un article de presse raconte effectivement l’organisation de festivités avec la population locale au moment du ramadan. Les Bretons ont sorti des binious, et les coloniaux des tam-tams et des tambourins. Selon le journal, la fête a été un très grand succès. Mais ce genre d’initiative était très ponctuelle : il s’agissait de tenter de réguler et de contrôler les relations entre les populations française et coloniale. On ne sent pas une volonté officielle sur le long terme.

L\'ouvrage «Poudre de guerre»
L'ouvrage «Poudre de guerre» (DR)

«Poudre de guerre. Pont-de-Buis 1914-21918. Histoire d’une usine d’armement»
Ouvrage collectif. Edition Locus-Solus (17 €).
L’aventure industrielle, sociale et humaine, en temps de guerre, d’une poudrerie installée dans une commune du Finistère.  

Vous êtes à nouveau en ligne