VIDEO. Comment la Sierra Leone lutte-t-elle contre le réchauffement climatique ?

BRUT

C'est l'un des pays les plus pauvres au monde. Pourtant, la Sierra Leone se donne les moyens de lutter contre le réchauffement climatique, dont elle est l'une des premières victimes. À l'occasion du C40 CIties, Brut a rencontré Yvonne Aki-Sawyerr, maire de la capitale du pays, Freetown. Voilà sa vision.

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Plusieurs événements climatiques extrêmes affectent déjà la Sierra Leone et sa capitale Freetown. En août 2017, des pluies anormalement intenses ont entraîné des glissements de terrain provoquant la mort de plus de 1000 personnes. Deux ans plus tard, de nouvelles pluies torrentielles ont forcé des milliers d'habitants à quitter leur logement. "La population de Freetown est passée de 500 000 habitants à plus d'un million d’habitants quand les gens ont été déplacés à cause de la guerre", explique la maire de la ville. Face à ces menaces, Yvonne Aki-Sawyerr, la maire de Freetown, s'est engagée à prendre des mesures écologiques. "Nous ne devons pas nous contenter de nous adapter au changement climatique (…) nous devons aussi le combattre", commente-t-elle.

Autre enjeu local : les émissions polluantes dues aux transports. "Nous utilisons actuellement une combinaison de véhicules très nombreux et très anciens", regrette Yvonne Aki-Sawyerr. Diesel, essence au plomb… la maire de Freetown souligne que cela contribue fortement aux rejets de gaz à effet de serre. En Sierra Leone, un habitant émet en moyenne chaque année 100 fois moins de CO2 qu'un habitant  des États-Unis.

Franceinfo est partenaire de la consultation "Agissons ensemble pour l'environnement" avec Make.org. Si vous souhaitez y participer, vous pouvez proposer vos idées et voter sur celle des autres participants dans le module ci-dessous.

Vous êtes à nouveau en ligne