Sénégal, l'influence des confréries

France 24

Au Sénégal, les confréries musulmanes sont toujours influentes. Elles sont donc sollicitées à quelques jours de l'élection présidentielle.   

 Nous voici à Touba, la ville sainte des Mourides, la confrérie musulmane réputée la plus puissante du Sénégal. Les candidats à la présidentielle y recueillent les prières du chef religieux, et lui présente leurs programmes. Même si elle ne donne plus de consigne de vote officielle, son influence reste bien réelle.

Pourtant, Khadim Diop, le secrétaire générale du Khalife des Mourides, se défend de toute ingérence.   « Non, il n’y a pas de consigne de vote. Le Khalife des mourides, dont je suis proche, montre sa neutralité, et je pense que c’est important. »   Pour Bakary Sambe, chercheur au « Timbuktu Institute », l'influence des marabouts sur le vote est en recul parmi les jeunes, mais il est toujours une réalité.  

« Il y a une constante qui est là, de l'importance du rôle du religieux et de la conscience qu'ont les politiques de cette force électorale, sur l'opinion publique. Maintenant est-ce que cela se traduit mathématiquement par des votes lors des élections ? C'est là la grande question sur quoi on travaille. »  

95% des Sénégalais sont musulmans. La très grande majorité d'entre eux appartiennent aux confréries Mourides, Tidjane, Layène ou Khadre, qui sont les principales du pays.

Vous êtes à nouveau en ligne