Selon l'ONU, 9 000 enfants soldats combattent au Soudan du Sud

Les forces de l\'ancien président sud-soudanais Riek Machar, le 30 mars 2014 près de Bor (Soudan du Sud). 
Les forces de l'ancien président sud-soudanais Riek Machar, le 30 mars 2014 près de Bor (Soudan du Sud).  (KUNFE MICHAEL HABTEMARIAM / ANADOLU AGENCY / AFP)

Ils ont été recrutés par les deux camps, qui s'affrontent depuis décembre 2013.

Plus de 9 000 enfants combattent au sein des forces des deux camps qui s'affrontent depuis mi-décembre au Soudan du Sud. La Haut-Commissaire de l'ONU aux droits de l'homme, Navi Pillay, dénonce des faits constitutifs de crimes de guerre, mercredi 30 avril.

Selon l'ONU, 32 écoles sont aux mains des troupes des deux camps, une vingtaine de centres de soins ont été attaqués, de nombreuses femmes et filles ont été violées ou enlevées et des enfants sont morts dans des tueries de civils, commises tant par l'armée, loyale au président Salva Kiir, que par les forces fidèles à l'ancien vice-président, Riek Machar.

La crainte d'un nouveau génocide

Ces combats ont fait des milliers de morts et forcé des dizaines de milliers de civils à chercher refuge dans des bases de l'ONU protégées par les Casques bleus de la Minuss (Mission de l'ONU au Soudan du Sud). Un cessez-le-feu a bien été signé le 23 janvier à Addis-Abeba (Ethiopie), mais il est resté lettre morte.

L'ONU dénonce des "incitations à la haine" et des tueries "sur des bases ethniques". Il craint que "ce conflit dérape dans une violence grave qui échappe à tout contrôle", a estimé Adama Dieng, le conseiller spécial pour la prévention du génocide, à l'issue d'une visite dans le pays. "Le secrétaire général Ban Ki-moon est très inquiet et fera en sorte que ce qui est arrivé au Rwanda ne se reproduise jamais ailleurs sur ce continent", a-t-il assuré.

Vous êtes à nouveau en ligne