Sarkozy salue de "fulgurants progrès" en Tunisie

(Radio France © France Info)

Pour sa dernière journée en Tunisie, le président de la République a prononcé un discours devant des étudiants. Malgré la polémique déclenchée par ses propos sur les droits de l'Homme, il persiste dans le registre de l'hommage.

De Tunisie, Nicolas Sarkozy ramène quelques gros contrats, et une nouvelle polémique. Il a terminé sa visite d'Etat de 48 h par un discours devant des milliers d'étudiants. Un discours qui ne va probablement pas éteindre la controverse lancée hier après ses propos sur la “progression des libertés” en Tunisie. Ce matin, il a persisté dans le registre de l'hommage.

Des déclaration qui ne vont pas calmer le scepticisme des militants tunisiens des droits de l'Homme. Hier, c'est la secrétaire d'Etat aux Droits de l'Homme, Rama Yade, qui a annulé son rendez-vous avec une militante associative, officiellement pour des raisons d'emploi du temps, alors même que des journalistes l'ont aperçu se désaltérant sur sa terrasse.

Mais la dernière journée du président de la République en Tunisie n'était pas consacrée aux droits de l'Homme. Nicolas Sarkozy a plaidé pour son projet d'Union de la Méditerranée, qu'il qualifie de “rendez-vous de l'Histoire”. Estimant que l'union euro-méditerranéenne lancée en 1995 à Barcelone est un échec, il veut un projet plus vaste, axée sur la coopération et non plus sur l'aide au développement. Avec des chantiers précis, comme la dépollution de la Méditerranée.

L'Union de la Méditerranée doit être lancée par un sommet le 13 juillet à Paris. En attendant, la France et la Tunisie ont signé la création d'un Institut des métiers de la mer pour former des centaines de jeunes issus de tous les pays qui baignent la “Mare Nostrum”.

Grégoire Lecalot

Vous êtes à nouveau en ligne