De plus en plus de femmes au pouvoir en Afrique

Le président du Rwanda Paul Kagame entouré des membres du parlement constitué à 61% de femmes. 
Le président du Rwanda Paul Kagame entouré des membres du parlement constitué à 61% de femmes.  (CYRIL NDEGEYA / AFP)

Selon l'étude récente d'une ONG, les pays africains sont d’une manière globale à la traîne en matière d’égalité de genre. Ils se distinguent toutefois dans la représentation des femmes en politique.

Equal Mesures 2030 publie chaque année un rapport sur l’égalité de genre, l’un des objectifs de développement fixé par l’ONU. Parmi les 129 pays étudiés, aucun ne peut se prévaloir d’un excellent résultat général. Si les pays d’Europe du Nord comme le Danemark ou la Finlande sont en tête avec de très bons scores en ce qui concerne l'égalité hommes-femmes, la plupart des pays d’Afrique subsaharienne occupent les dernières positions.

Mauvais scores

Dans le système d’évaluation basé sur plusieurs critères comme l’emploi, l’éducation et la santé, l’Afrique subsaharienne obtient un score moyen de 51,5 sur 100. Le pays le mieux classé est Maurice qui obtient 73,1 sur 100 alors que 29 autres enregistrent des scores "très faibles" et se classent tout en bas de l’échelle, comme les deux Congo, le Niger et le Tchad. Mais au-delà de cette évaluation globale, on apprend dans le rapport que de nombreux pays de la région ont de très bons résultats sur la proportion de femmes au gouvernement ou au Parlement.

Bonnes performances 

Le Rwanda, l’Ethiopie, la Namibie, l’Afrique du Sud, le Sénégal et le Mozambique figurent parmi les meilleurs. En proportion, le Parlement du Sénégal compte par exemple plus de femmes (41%) que celui du Danemark (37%) qui est pourtant le pays le mieux classé globalement.

Cette parité est jugée essentielle à l’installation d’un environnement favorable à l’égalité et à une bonne gouvernance. "Des proportions plus élevées de législatrices sont associées à une baisse de la corruption, à davantage de lois promouvant le bien-être des femmes et des enfants et à une augmentation de la confiance citoyenne dans les institutions démocratiques", souligne notamment l’étude. 

Vous êtes à nouveau en ligne