Une employée du rail britannique meurt du Covid-19 après qu'on lui a volontairement craché dessus

Le Sars-Cov-2, le virus responsable du Covid-19, se transmet notamment par les postillons.
Le Sars-Cov-2, le virus responsable du Covid-19, se transmet notamment par les postillons. (TUMEGGY/SCIENCE PHOTO LIBRARY / MTT)

Plusieurs enquêtes sont ouvertes. Le Premier ministre britannique a rendu hommage à cette employée originaire de RDC lors d'une intervention au Parlement. 

La presse britannique relate depuis quelques jours son tragique décès. Belly Mujinga, 47 ans, employée des chemins de fer britanniques, est morte du nouveau coronavirus en avril, après qu'une personne affirmant être contaminée lui a délibérément craché dessus, a indiqué mardi 12 mai 2020 le syndicat du secteur Transport Salaried Staffs' Association (TSSA) dont elle était membre.

Née en République démocratique du Congo et installée en Grande-Bretagne depuis 2000, selon The Guardian, Belly Mujinga travaillait à la gare londonienne de Victoria. Elle a ressenti les symptômes du virus après une agression survenue le 22 mars, qui les avait visées, elle et une collègue.

(Nous ne pouvons pas changer ce qui est arrivé à Belly, mais nous pouvons nous assurer que ceux qui retournent au travail soient protégés.)

Un geste délibéré 

"Elles étaient dans le hall à côté du guichet, lorsqu'elles ont été agressées par un usager qui leur a craché dessus", a expliqué le syndicat TSSA dans un communiqué. "Un homme leur a toussé dessus et leur a dit qu'il avait le virus." Les deux employées, qui tomberont malades plus tard, avaient signalé l'incident à leur hiérarchie et demandé que la police en soit informée.

Sa cousine Agnes Ntumba et un collègue qui a été témoin de l'incident ont déclaré que Belly Mujinga avait dénoncé le fait de travailler en dehors du guichet, qui constitue un rempart, sans équipement individuel de protection, rapporteThe Guardian.

Quelques jours plus tard, le médecin de Mme Mujinga, notant des problèmes respiratoires préexistants, lui avait prescrit un arrêt maladie, a ajouté la TSSA. Elle s'est alors arrêtée de travailler, mais son état n'a cessé d'empirer, nécessitant une hospitalisation et une mise sous respirateur le 2 avril.

Belly Mujinga est décédée trois jours plus tard, laissant derrière elle un mari et une fille de 11 ans, qui n'avaient pu la revoir depuis son départ en ambulance. Ils avaient juste pu échanger sur Whatsapp par vidéo durant son hospitalisation, rapporte The Guardian"C'était une bonne personne, une bonne mère et une bonne épouse", a indique son mari, Lusamba Gode Katalay.

Des enquêtes ont été ouvertes 

L'employeur de Belly Mujinga, Southern Railway, a assuré prendre l'affaire "très au sérieux" et avoir lancé une enquête interne. Dans un communiqué, la police britannique des transports a indiqué avoir, elle aussi, ouvert une enquête et lancé un appel à témoins, alors que TSSA a demandé au régulateur du transport ferroviaire de se pencher sur les événements.

Le Secrétaire général du syndicat, Manuel Cortes, a demandé à ce que les familles de tous les travailleurs du secteur tués par la maladie Covid-19 reçoivent une indemnisation du gouvernement, au même titre que les soignants.

"Il est abject d'attaquer de la sorte un travailleur clé, qui est au service des voyageurs", avait réagi un porte-parole du Premier ministre Boris Johnson qui lui a rendu hommage le 13 mai durant son intervention au Parlement. "Le fait qu'elle ait été maltraitée pour avoir fait son travail est tout à fait révoltant", a déclaré Boris Johnson.

(Le Premier ministre britannique Boris Johnson rend hommage à Belly Mujinga, une employée des chemins de fer qui est morte du #COVID19 après qu'un homme, qui affirmait avoir le virus, lui a craché dessus)

En République démocratique du Congo et au sein de la diaspora congolaise, de nombreux hommages ont été rendus Belly Mujinga qui fut une pionnière du journalisme sportif au féminin dans son pays.

Vous êtes à nouveau en ligne