République démocratique du Congo : "colère et frustration" après la coupure des accès à internet et à l'information

En République Démocratique du Congo, la queue des électeurs devant un bureau de vote pour le scrutin du 30 décembre 2018.
En République Démocratique du Congo, la queue des électeurs devant un bureau de vote pour le scrutin du 30 décembre 2018. (LUIS TATO / AFP)

En pleine période électorale, les autorités congolaises ont coupé tous moyen de communication et d'information depuis plusieurs jours.

Les habitants de la République Démocratique du Congo sont de plus en plus inquiets. Cela fait maintenant quatre jours que le réseau internet est bloqué. Les autorités congolaises ont également coupé l'émetteur de Radio France Internationale et enlevé son accréditation à la correspondante de la radio. Pendant ce temps, aucun résultat de la présidentielle n'a encore été communiqué.

Les Congolais se sont rendus aux urnes pour un scrutin historique, censé mettre fin au régime du président Kabila au pouvoir depuis quasiment deux décennies. Mais à Kinshasa, Michel Kambale en a assez de ces coupures et il est plutôt fataliste."Les gens avaient déjà un peu anticipé le problème de coupure d'internet. Cette méthode avait déjà été utilisée plusieurs fois, quand le gouvernement était en difficulté", déplore-t-il.

Des trafics de cartes SIM

Les Congolais s’organisent et déjà des revendeurs de cartes SIM sont venus de Brazzaville et se sont installés près du port. Les habitants tentent de capter le réseau de l’autre Congo, séparé seulement par le fleuve. Pour eux, c’est l’unique moyen de rester connecté mais cela coûte cher, et Ange Goyi ne peut pas se le permettre.

Ils ont limité notre liberté d'expression.Ange Goyi, congolaisefranceinfo

"On ressent de la colère et de la frustration. On n'a pas pu communiquer avec nos proches pour le nouvel an, ni leur souhaiter une bonne année. C'est vraiment inquiétant et on ne sait pas quand ça va se rétablir", raconte-t-elle.

Le huis clos s’installe peu à peu au Congo et les résultats des élections semblent de plus en plus lointains. Initialement prévus dimanche, ils pourraient être reportés à la semaine prochaine

Vous êtes à nouveau en ligne