VIDEO. Gabon : "Personne n'est au-dessus de la loi", menace Ali Bongo

Voir la vidéo
EVN

Le président réélu menace après sa visite vendredi du bâtiment de l'Assemblée nationale incendié lors des manifestantions

Le Gabon vit toujours sous haute tension, vendredi 2 septembre, après l'annonce de la mort de deux civils tués par balle à Libreville, la capitale, dans la nuit de jeudi à vendredi. Des opposants sont toujours retenus après la réélection contestée du président sortant Ali Bongo Ondimba. Le président réélu a exprimé des menaces après sa visite, vendredi, du bâtiment de l'Assemblée nationale incendié lors des manifestantions d'opposants contestant sa réélection.

>> Suivez notre direct sur le Gabon 

"On ne voit pas justement le lien entre une contestation, dans le cadre d'une élection, et la destruction de la maison du peuple. Personne n'est au-dessus de la loi. Très clairement, ça ne va pas s'arrêter là", a lancé Ali Bongo devant la caméra de la télévision nationale gabonaise, vendredi, en sortant du bâtiment.

Vendredi, 27 leaders de l'opposition et de la société civile gabonaise étaient toujours retenus au quartier général de Jean Ping, l'opposant qui refuse toujours le résultat de l'élection présidentielle.

Vous êtes à nouveau en ligne