Zimbabwe, paroles de femmes

France 24

 Zimbabwe, les victimes de viols sortent de leur silence mais témoignent à visage couvert…Le gouvernement luise contente de demander aux victimes de déposer plaintes…

Au Zimbabwe, la crise politique continue entre le pouvoir et l'opposition.
Les manifestations de janvier ont entrainé des morts, des blessés, mais aussi des viols, perpétrés par des forces de l'ordre.
Les victimes sortent progressivement de leur silence, mais témoignent à visage couvert…

comme cette femme qui souhaite garder l'anonymat :

"Le 15 janvier, ils sont venus à cinq. Ils portaient des masques noirs.
On ne voyait pas leurs visages, juste leurs yeux.
Ils portaient l'uniforme camouflage de l'armée.
L'un d'entre eux m'a violé, sans aucune protection."

Les organisations des droits de l'homme continuent de comptabiliser les centaines d'abus commis par les forces de sécurité.
Le gouvernement, lui, ne les a pas reconnues. Il demande aux victimes de déposer plaintes.

Energy Mutodi, Vice-ministre de l'information tient à rassurer les victimes :

"La justice va s'occuper de tous de ceux qui ont commis des actes de violence, de ceux qui ont violé, de ceux qui ont pillé, de tous les criminels."

Désormais, la balle est entre les mains du président Mnangagwa, qui n'a pas pour l'instant réagi à ces révélations.

Vous êtes à nouveau en ligne