RD Congo : une machine à voter contestée

France 24

  En République démocratique du Congo, l’annonce de l’utilisation de la machine à voter pour l’élection présidentielle n’a jamais fait l’unanimité. Alors que les Congolais s’apprêtent à voter pour  3 scrutins dimanche, certains continuent de se méfier de cette technologie encore jamais utilisée en RDC.

  Un écran tactile... sur lequel les électeurs choisiront leurs candidats pour la présidentielle, mais aussi pour les législatives nationales et provinciales. Les votes sont ensuite imprimés sur un bulletin. Pour le président de la Ceni, Corneille Nangaa, le but de cette machine est de simplifier et garantir la transparence totale du scrutin...   « Corneille Nangaa - Président de la CENI : Nous voulons que celui qui gagne, gagne. Que  le meilleur l'emporte. La machine est venue pour anéantir toutes les tentatives de tricherie qu'on a pu avoir en 2011 et 2006. »   Mais à quelques jours du scrutin, certains opposants, comme Martin Fayulu, émettent des réserves sur ce qu'ils appellent la « machine à tricher »...   « Martin Fayulu - Candidat à l'élection présidentielle : C'est un moyen méconnu des Congolais. C'est un moyen non reconnu par la loi, et c'est un moyen que le clan Kabila a mis en place pour tricher. »   Jeudi dernier, 8 000 machines à voter sont partie en fumée, dans un entrepôt en plein cœur de Kinshasa... Alors que la majorité et l'opposition se renvoient la responsabilité de cet incendie, la Ceni rassure : il y a suffisamment de matériel de rechange pour assurer le vote du 23 décembre.

Vous êtes à nouveau en ligne