LA PHOTO. Les chefs d'état-major africains discutent du Soudan du Sud à Khartoum

C\'est la ministre d\'Etat éthiopienne aux Affaires étrangères, Hirut Zemene, qui avait révélé le 18 octobre la tenue de cette réunion, pour discuter de propositions sur la prochaine étape. Elle avait annoncé le jour même la mise en place d\'une feuille de route pour faciliter la mise en œuvre du processus de paix au Soudan du Sud, exhortant toutes les parties à accepter l’accord de paix. «Les Etats membres de l\'IGAD, l\'Autorité intergouvernementale pour le développement (Ethiopie, Djibouti, Erythrée, Kenya, Somalie, Soudan du Sud, Soudan et Ouganda), ont démontré qu\'ils étaient plus que jamais attachés au processus de paix dans le pays», a-t-elle déclaré. 
C'est la ministre d'Etat éthiopienne aux Affaires étrangères, Hirut Zemene, qui avait révélé le 18 octobre la tenue de cette réunion, pour discuter de propositions sur la prochaine étape. Elle avait annoncé le jour même la mise en place d'une feuille de route pour faciliter la mise en œuvre du processus de paix au Soudan du Sud, exhortant toutes les parties à accepter l’accord de paix. «Les Etats membres de l'IGAD, l'Autorité intergouvernementale pour le développement (Ethiopie, Djibouti, Erythrée, Kenya, Somalie, Soudan du Sud, Soudan et Ouganda), ont démontré qu'ils étaient plus que jamais attachés au processus de paix dans le pays», a-t-elle déclaré.  (ASHRAF SHAZLY/AFP)

Les chefs d'état-major des Etats d'Afrique orientale et centrale se sont réunis le 22 octobre 2018 à Khartoum, la capitale du Soudan. A l'ordre du jour des discussions, le déploiement de la force de protection régionale au Soudan du sud pour assurer la paix et la sécurité après la signature d'un accord le 12 septembre entre le président Salva Kiir et le chef rebelle Riek Machar.

Les chefs militaires d'Afrique orientale et centrale réunis à Khartoum C'est la ministre d'Etat éthiopienne aux Affaires étrangères, Hirut Zemene, qui avait révélé le 18 octobre la tenue de cette réunion, pour discuter de propositions sur la prochaine étape. Elle avait annoncé le jour même la mise en place d'une feuille de route pour faciliter la mise en œuvre du processus de paix au Soudan du Sud, exhortant toutes les parties à accepter l’accord de paix. «Les Etats membres de l'IGAD, l'Autorité intergouvernementale pour le développement (Ethiopie, Djibouti, Erythrée, Kenya, Somalie, Soudan du Sud, Soudan et Ouganda), ont démontré qu'ils étaient plus que jamais attachés au processus de paix dans le pays», a-t-elle déclaré. 
Vous êtes à nouveau en ligne