LA PHOTO. La Casamance pleure ses morts et réclame justice

Dans ce cercueil entouré par des hommes en prière, le corps d'une victime de la tuerie de la forêt de Bayotte en Casamance, dans le sud du Sénégal. L'armée cherche toujours les assassins des 13 jeunes Sénégalais qui ont été massacrés le 6 janvier 2018. A Dakar, le collectif des cadres casamançais dénonce le pillage du bois par une véritable mafia qui serait à l'origine de ce drame.

Vous êtes à nouveau en ligne