DIRECT. Crise politique en Tunisie : le principal parti au Parlement veut des élections anticipées

Des partisans du président tunisien, Kaïs Saïed, manifestent à Tunis, le 26 juillet 2021.
Des partisans du président tunisien, Kaïs Saïed, manifestent à Tunis, le 26 juillet 2021. (CHEDLY BEN IBRAHIM / NURPHOTO / AFP)

En moins de deux jours, le président Saïed a ordonné la suspension des travaux du Parlement pour un mois, limogé le chef du gouvernement Hichem Mechichi et s'est octroyé le pouvoir exécutif.

La principale formation politique au Parlement tunisien a proposé, mardi 27 juillet, des élections anticipées après le coup de force du président Kaïs Saïed qui a notamment suspendu l'Assemblée et limogé le Premier ministre, dimanche. Suivez notre direct.

L'Union européenne appelle au retour rapide de "la stabilité institutionnelle". Le chef de la diplomatie européenne, Josep Borrell, a appelé, mardi, au "rétablissement de la stabilité institutionnelle dans les meilleurs délais" en Tunisie.

Le secrétaire d'Etat américain, Antony Blinken, a téléphoné lundi au président tunisien, Kaïs Saïed. Le chef de la diplomatie américaine a "encouragé le président Saïed à respecter les principes démocratiques et les droits humains qui sont au fondement de la gouvernance en Tunisie", a déclaré un porte-parole du département d'Etat.

Paris appelle à "préserver les acquis démocratiques" du pays. La France souhaite "le retour, dans les meilleurs délais, à un fonctionnement normal des institutions" en Tunisie, a déclaré lundi la diplomatie française. La France "appelle également l'ensemble des forces politiques du pays à éviter toute forme de violence et à préserver les acquis démocratiques du pays", a ajouté la porte-parole du Quai d'Orsay.

 Les décisions du président sont constitutionnelles, selon un puissant syndicat. L'Union générale des travailleurs tunisiens (UGTT), influente centrale syndicale, a implicitement soutenu, lundi, la suspension du Parlement par Kaïs Saïed, estimant que ses décisions étaient "conformes" à la Constitution, tout en appelant à la poursuite du processus démocratique.

Vous êtes à nouveau en ligne