Algérie : retour sur la "révolution du sourire"

Depuis dix mois, des centaines de milliers d'Algériennes et d'Algériens descendent pacifiquement dans les rues des principales villes du pays pour demander un changement de régime.

Les manifestations ont commencé dès la mi-février 2019 en Algérie. Tout d'abord pour refuser une cinquième candidature d'Abdelaziz Bouteflika, puis pour exiger un changement de régime, avant de défiler contre la présidentielle du 12 décembre. Tous les vendredis, et souvent le mardi pour les étudiants, des centaines de milliers d'Algériens ont défilé pacifiquement, avec créativité et humour, dans ce que certains ont appelé la "révolution du sourire". Retour en images sur ces mois de contestation.


119
11 février 2019 : affiche d'Abdelaziz Bouteflika en vue de la présidentielle, prévue alors le 18 avril. Malgré la propagande, le rejet de sa nouvelle candidature couve.  RYAD KRAMDI / AFP
219
22 février. A Alger, des manifestants tiennent une pancarte avec le symbole d'un homme en fauteuil roulant, symbolisant leur président handicapé suite à un AVC, lors d'une manifestation contre la candidature du président Bouteflika pour un cinquième mandat. Le Hirak (mouvement) est lancé...RYAD KRAMDI / AFP
319
22 février. A Alger, comme partout, le chiffre 5 barré exprime le refus des manifestants contre un cinquième mandat pour le président Bouteflika. FAROUK BATICHE / DPA
419
22 février. A Alger, début des manifestations contre la présidentielle. Quelques tensions marquent ce premier mouvement qui reste pacifique. --- / DPA
519
26 février. En arabe ou en français, la créativité des étudiants rassemblés pour protester contre un cinquième mandat du président algérien Abdelaziz Bouteflika s'affiche dans les rues de la capitale algérienne.  FAROUK BATICHE / ANADOLU AGENCY
619
En mars, les manifestations hebdomadaires continuent. Dans la foule, une jeune fille se détache. SOFIANE BAKOURI / HANS LUCAS
719
8 mars. Les Algériens manifestent toujours contre le cinquième mandat. RYAD KRAMDI / AFP
819
8 mars. C'est une véritable marée humaine qui envahit la capitale pour protester contre la présidentielle en ce troisième vendredi de contestation. RYAD KRAMDI / AFP
919
1er avril. Les murs ont la parole. Ici, à Alger. BILLAL BENSALEM / NURPHOTO
1019
2 avril. La Liberté guidant le peuple... Manifestation d'étudiants à Alger, le jour de la démission du président Bouteflika. RYAD KRAMDI / AFP
1119
2 avril. Des manifestants résument la démission du président algérien Abdelaziz Bouteflika, qui vient d'annoncer son retrait. FAROUK BATICHE / ANADOLU AGENCY
1219
5 avril. Première manifestation de masse depuis la démission du président Bouteflika. L'humour est toujours là. RYAD KRAMDI / AFP
1319
9 avril. A Oran, les manifestants ne veulent "plus de mensonges". Ils défilent contre les "3 B", en référence aux trois hommes à qui la Constitution confie les rênes du processus d'intérim : le président du Conseil constitutionnel Tayeb Belaïz, le Premier ministre Noureddine Bedoui et le président par intérim Abdelakder Bensalah. - / AFP
1419
10 avril. Alors qu'un président par intérim a été désigné, Abdelkader Bensalah, les manifestations continuent avec une banderole qui résume la pensée des manifestants.  FAROUK BATICHE / ANADOLU AGENCY
1519
30 avril. Les étudiants poursuivent leurs manifestations hebdomadaires dans la capitale pour demander le renversement du "système". RYAD KRAMDI / AFP
1619
5 juillet. En ce jour de fête de l'Indépendance, les revendications sont claires. BILLAL BENSALEM / NURPHOTO
1719
5 juillet. Fête de l'Indépendance. Des centaines de milliers de manifestants pacifiques dans les rues de Bejaïa, capitale de la Kabylie, ont brandi des drapeaux algériens et amazigh (malgré l'interdiction de ces derniers). SAMIR MAOUCHE / HANS LUCAS
1819
8 novembre. L'affiche présente les cinq candidats à la présidence sous la forme de marionnettes. RYAD KRAMDI / AFP
1919
26 novembre. Des manifestants rejettent l'élection présidentielle du 12 décembre. (Affiche : Non au vote) BILLAL BENSALEM / NURPHOTO
Vous êtes à nouveau en ligne