Ouganda : après 33 ans au pouvoir, Yoweri Museveni prêt pour un 6e mandat

Le président ougandais Yoweri Museveni lors d\'une conférence économique au Kenya le 26 novembre 2018. 
Le président ougandais Yoweri Museveni lors d'une conférence économique au Kenya le 26 novembre 2018.  (YASUYOSHI CHIBA / AFP)

Le président ougandais, 74 ans, a obtenu le 20 février 2019 le feu vert de son parti pour rempiler en 2021. L’opposition l’accuse de vouloir rester "président à vie". 

C’est au terme d’une retraite de cinq jours, présidée par Yoweri Museveni lui-même, que le comité exécutif central du Mouvement de la résistance nationale (NRM) s’est prononcé en demandant à son chef de "continuer à diriger le Mouvement et l'Etat en 2021 et au-delà pour éliminer les freins à la transformation".

Une réforme sur mesure

L'annonce du parti au pouvoir fait suite à une réforme constitutionnelle sur mesure qui a supprimé fin 2017 la limite d'âge de 75 ans pour pouvoir être élu président. Cette mesure controversée avait provoqué des manifestations de l'opposition et des scènes de pugilat au Parlement. Malgré tout, la Cour constitutionnelle avait validé l'amendement.

Un président irremplaçable ? 

Dans un pays où un habitant sur deux a moins de 16 ans, Yoweri Museveni, qui s'est emparé du pouvoir par les armes, est le seul président que la plupart des Ougandais aient jamais connu. Aucun opposant politique n’a réussi à le remplacer. Son ancien camarade Kizza Besigye, 62 ans, devenu son principal rival, a été battu quatre fois.

Mais pour 2021, les choses pourraient peut-être changer avec l’arrivée sur la scène politique de Robert Kyagulanyi alias Bobi Wine. L’ex-chanteur et député ougandais de 37 ans est l'un des principaux détracteurs du président Museveni.

Dans un entretien à la chaîne américaine CNN début février, Bobi Wine avait affirmé qu'il "pensait sérieusement" à se présenter à la présidentielle de 2021.

Vous êtes à nouveau en ligne