Soldat tué au Burkina Faso : l'émotion de sa compagne

Pour la première fois en public, la compagne de Cédric de Pierrepont, un des deux militaires tués au Burkina Faso pour libérer des otages français, s'exprime. Un témoignage rempli d'émotion et de douleur.

"J'ai perdu l'homme de ma vie". Ce sont les premiers mots de Florence Charton, la compagne de Cédric de Pierrepont, l'un des deux soldats tués au Burkina Faso pour libérer les otages français disparus au Bénin. Elle témoigne à cœur ouvert au micro de France Télévisions dimanche 12 mai. "Faire ma vie sans lui, je ne sais pas si j'en aurai la force. C'était l'homme parfait, il était très généreux, très affectueux très famille. Il aimait la vie, profiter de tout. Il adorait faire du ski, on faisait du sport ensemble. Il était très attaché à la famille, à sa famille, la mienne. Quelqu'un en or avec des valeurs exceptionnelles", dit-elle très émue. "On parlait de nous, nos projets ce qu'on faisait. Mais quand il était là-bas, il en disait le moins possible. On se parlait toujours comme s'il allait rentrer demain. C'était le job", continue-t-elle.

"Ils ont fait ça pour la France"

Florence Charton parle aussi avec pudeur de l'engagement sans faille de son mari. "Ils sont préparés pour ça, ils s'entrainent tous les jours pour ça. Si c'était à refaire, il le referait. On sait que c'est risqué, ils font des métiers dangereux. On est préparé à les attendre, à ce qu'ils ne soient pas là, mais pas à ce qu'ils ne rentrent jamais. Ils ont fait ça pour la France pour venir en aide à d'autres personnes. Ils vivent pour ça. Nous, on est là pour les faire sortir de cette bulle. Il y a laissé la vie, c'est notre héros", confie-t-elle les larmes aux yeux.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne