Lycéennes enlevées au Nigeria : une équipe d'experts français sur place

Un porte-parole de la Défense nigériane, lors d\'une conférence de presse à Abuja (Nigeria), le 9 mai 2014.
Un porte-parole de la Défense nigériane, lors d'une conférence de presse à Abuja (Nigeria), le 9 mai 2014. (PIUS UTOMI EKPEI / AFP)

 Ils sont spécialisés dans le renseignement "humain et technique", annonce l'Elysée, samedi.

Le gouvernement français a mis un groupe d'experts à disposition du Nigeria pour rechercher les quelque 200 lycéennes enlevées. Ils sont arrivés sur place, annonce l'Elysée, samedi 10 mai. Il s'agit de "spécialistes du renseignement humain et technique, ainsi que de l'observation et de l'analyse d'images", précise l'entourage de François Hollande. Et "si besoin elle sera renforcée", ajoute la même source.

D'après l'Elysée, "cette mobilisation d'experts français, pointus dans ces domaines, répond à la demande faite par le président du Nigeria, Goodluck Jonathan, lors de son échange téléphonique avec le président de la République le 7 mai". Des experts américains et britanniques sont déjà arrivés dans le pays pour participer aux recherches. La Chine a aussi proposé de partager les informations recueillies par ses services de renseignements et ses satellites.

Mobilisation internationale

La secte islamiste Boko Haram a attaqué un lycée de Chibok, dans le nord-est du Nigeria, et enlevé 276 adolescentes, dont 223 sont toujours captives. Après une relative indifférence initiale des autorités et à l'étranger, la mobilisation des familles et la revendication lundi dernier du chef de Boko HaramAbubakar Shekau, qui en a fait des "esclaves" et veut les "vendre", ont fini par susciter l'émotion et la solidarité internationales.

Michelle Obama, la femme du président américain, a d'ailleurs dénoncé un acte "insensé". Elle a pris, pour la première fois, la place de son époux Barack pour prononcer l'allocution hebdomadaire de la Maison Blanche.

Vous êtes à nouveau en ligne