Nigeria : des dizaines de morts après un attentat dans une gare routière

Des véhicules calcinés après l\'attentat qui a frappé la gare routière de Nyanya (Nigeria), le 14 avril 2014.
Des véhicules calcinés après l'attentat qui a frappé la gare routière de Nyanya (Nigeria), le 14 avril 2014. (AFOLABI SOTUNDE / REUTERS)

L'attentat a eu lieu dans la gare routière de Nyanya, qui se situe à quelque 5 km au sud de la capitale fédérale, Abuja.

Un double attentat s'est produit, lundi 14 avril, à l'heure de pointe dans une gare routière en périphérie de la capitale du Nigeria, Abuja. Il a fait des dizaines de morts et de nombreux blessés, selon des responsables des secours. La gare routière de Nyanya se situe à quelque 5 km au sud de la capitale. Elle était fréquentée par de nombreux passagers se rendant au travail lorsque les explosions se sont produites.

Attention : cette image est susceptible de heurter votre sensibilité.

Cliquez ici pour l'afficher.
Des secouristes transportent le cadavre d'un homme tué dans l'attentat, le 14 avril 2014. (AFOLABI SOTUNDE / REUTERS)

"Nous avons pu transporter certains des morts à la morgue et des blessés ont été emmenés à l'hôpital", a déclaré le chef des secours à l'Agence nationale de gestion des urgences (NEMA). Les explosions, dont l'une provoquée par un véhicule à l'intérieur de la gare, ont détruit une trentaine d'autres véhicules, des autobus pour la plupart. La déflagration a laissé un trou de 1,2 m de profondeur dans le sol et projeté des effets personnels et des lambeaux de chair. Des échoppes ont été détruites ou endommagées et un épais nuage de fumée noire s'est élevé de la gare.

Les islamistes de Boko Haram n'ont pas revendiqué l'attentat mais les soupçons se portent sur ce groupe qui réclame la création d'un Etat islamique dans le nord du pays à majorité musulmane. Boko Haram a déjà mené plusieurs attentats à la bombe à Abuja par le passé. L'attaque la plus spectaculaire du groupe islamiste dans la capitale fédérale fut un attentat suicide à la voiture piégée contre le siège des Nations unies, qui avait fait 26 morts, fin 2011. 

Vous êtes à nouveau en ligne