VIDEO. Retour sur les coulisses de la libération des otages du Niger

DOMINIQUE MARIE - PASCAL CONTE / FRANCE 3

L'Elysée nie tout versement de rançon, alors que "Le Monde" et l'AFP évoquent 20 à 25 millions d'euros versés aux ravisseurs.

Selon une source proche des négociateurs nigériens, entre 20 et 25 millions d'euros auraient été versés en vue de la libération des quatre otages enlevés au Niger. "La France ne verse pas de rançon", a-t-on fermement répété dans l'entourage du François Hollande. Le groupe Areva, qui employait certains des otages, a aussi démenti.

"Les Nigériens nous ont énormément aidés, il faut leur tirer un coup de chapeau", avait déclaré le ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius, avant de monter dans le Falcon ramenant les otages français. Mercredi 30 octobre, il a réaffirmé à l'Assemblée nationale que la France ne payait pas de rançon.

Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense, a confirmé. "La ligne du président Hollande a toujours été claire : on ne joue pas à cela. La France a toujours eu la même ligne depuis trois ans, on ne paye pas", a-t-il répété mercredi sur RTL.

Vous êtes à nouveau en ligne