L'Etat islamique revendique l'assassinat de huit personnes, dont six humanitaires français, au Niger le 9 août

Des officiels du Niger près de la voiture de six humanitaires français et de deux Nigériens travaillant pour l\'ONG Acted, tués dans une attaque au sein de la réserve de Kouré (Niger), le 9 août 2020. 
Des officiels du Niger près de la voiture de six humanitaires français et de deux Nigériens travaillant pour l'ONG Acted, tués dans une attaque au sein de la réserve de Kouré (Niger), le 9 août 2020.  (BOUREIMA HAMA / AFP)

L'attaque a eu lieu dans la région de Kouré, dans le sud-ouest du Niger. Huit personnes, six jeunes Français et deux Nigériens, ont été tuées. 

L'organisation terroriste Etat islamique (EI) a revendiqué dans sa revue Al-Naba l'assassinat de huit personnes, dont six humanitaires français et deux Nigériens, le 9 août au Niger. 

La publication, authentifiée par de multiples sources dont l'organe américain Site, spécialisé dans la surveillance des sites islamistes, évoque une "attaque éclair" dans la région de Kouré, ayant abouti à la mort de six "Croisés" français et deux "apostats" nigériens. 

Les jeunes humanitaires français, deux hommes et quatre femmes, ont été assassinés avec leur chauffeur et leur guide nigériens par des hommes armés à moto le 9 août, alors qu'ils visitaient la réserve de girafes de Kouré, à 60 km au sud-est de la capitale Niamey où ils étaient basés. Agées de 25 à 31 ans, les six victimes françaises avaient été envoyées par l'ONG Acted au Niger. Elles venaient notamment en aide aux populations déplacées, alors que la force française Barkhane peine à contenir la menace jihadiste au Sahel en dépit de succès sur le terrain.

Après l'attaque, le gouvernement nigérien avait fermé la réserve tandis que la France plaçait le site en "zone rouge", tout comme le reste du pays exceptée la capitale. Le Niger, pays sahélien très pauvre, est en proie à des attaques jihadistes récurrentes qui ont fait des centaines de morts. 

Vous êtes à nouveau en ligne