Français tués au Niger : comment expliquer cette attaque

France 2

L’attaque meurtrière qui a touché de plein fouet huit personnes dont six humanitaires français hier, dimanche 9 août, au Niger, pose de nombreuses questions, notamment sur le comportement des victimes.

Le parc naturel où les huit humanitaires ont été abattus dimanche 9 août au Niger est généralement assez fréquenté pour des excursions. Il s’agissait d’un site qui n’était pas considéré comme dangereux selon ACTED. "C'est un épouvantable paradoxe de savoir que nos humanitaires sont morts dans cette zone jaune", a déclaré Frédéric de Saint-Sernin, directeur général délégué de l'ONG.

Près de la région des trois frontières

La zone concernée se trouve toutefois proche de la région des trois frontières, au carrefour entre le Niger, le Burkina-Faso et le Mali, devenu le repaire des terroristes au Sahel. En 2019, 1 000 attaques ont été recensées. En outre, l’État islamique et Al-Qaïda mènent une guerre de territoire. Pour parvenir à tirer au clair ce drame, la France compte sur l’efficacité du G5 Sahel, composé de la Mauritanie, du Mali, Burkina Faso, Niger et Tchad.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne