Français tués au Niger : des humanitaires expérimentés

Les six humanitaires tués au Niger étaient de jeunes passionnés. Ils ont donné leur vie pour sauver celle des autres dans l'une des zones les plus dangereuses de l'Afrique. Les hommages se multiplient.

Elle avait 30 ans et une vocation : aider les plus défavorisés. Charline est une des jeunes humanitaires d’ACTED tués dimanche 8 août au Niger, près du village de Kouré, par des hommes à moto. Originaire de Seine-Maritime, passée par l’université du Havre, elle avait commencé sa mission au Niger il y a une semaine. Sarah, sa petite sœur, témoigne : "Elle avait hâte de partir et de pouvoir commencer à faire son vrai travail là-bas."

De jeunes passionnés

S’ajoutent à cette macabre liste les noms de Nafida, qui avait travaillé au ministère des Armée et de Stella. Myriam, originaire de Toulouse (Haute-Garonne), et Antonin, diplômé de l’ENS Paris-Saclay, font aussi partie des disparus. Léo, 25 ans, était chargé de logistique. La dernière victime n’est autre que le chauffeur : Boubacar. Il était père de cinq enfants. Tous étaient accompagnés de Khadri, leur guide.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne