Attaque meurtrière au Niger : les humanitaires assassinés "n'ont pas fait preuve d'imprudence", selon le député M'jid El Guerrab

Le député Agir des Français établis hors de France (Maghreb et Afrique de l\'Ouest) M\'jid El Guerrab , le 17 février 2020.
Le député Agir des Français établis hors de France (Maghreb et Afrique de l'Ouest) M'jid El Guerrab , le 17 février 2020. (JÉRÉMIE FULLERINGER / MAXPPP)

La zone était "sécurisée", les "terroristes à moto ont passé les radars de surveillance", affirme le représentant des Français établis au Maghreb et en Afrique de l'Ouest. 

Après la mort de huit personnes, dont six Français et deux Nigériens, dans une attaque menée par des hommes armés au sud-ouest du Niger ce dimanche, le député Agir des Français établis hors de France (Maghreb et Afrique de l'Ouest) M'jid El Guerrab explique lundi 10 août sur franceinfo que cette zone n'était pas interdite d'accès. "Peut-être que les humanitaires ont été un peu naïfs et que dans cette zone-là, il va falloir renforcer les protocoles de sécurité".

>> Les dernières informations sur l'attaque meurtrière au Niger dans notre direct.

Que savez-vous exactement de la zone de Kouré, dans le sud-ouest du Niger, où a eu lieu l'attaque ?

Ce n'est pas une zone touristique à proprement parler. Depuis 2013, le Niger est en en guerre contre ces groupuscules terroristes. Et donc, il n'y a pas de tourisme à proprement parler. Mais c'est une zone de tourisme endogène où 400 girafes vivent en liberté et que les Français de Niamey peuvent aller visiter car c'est à 60 kilomètres de la capitale.

C'est une zone sécurisée à laquelle les autorités nigériennes n'interdisaient pas l'accès. M'jid El Guerrab, député Agir des Français établis hors de Franceà franceinfo

Donc les humanitaires qui se sont fait assassiner n'ont pas fait preuve d'imprudence. Ils ont suivi les recommandations de nos postes consulaires sur place et des autorités nigériennes, qui sont d'ailleurs en train de revoir le niveau de sécurité de cette zone parce qu'effectivement, ces terroristes à moto ont passé les radars de surveillance.

Est-ce que pour vous, c'est la France qui est visée dans cette attaque ?

Bien sûr, les groupuscules jihadistes ont clairement voulu, en tuant de manière froide et de manière très lâche ces personnes sans aucune sommation, envoyer un message à la France qui, pour ces groupuscules terroristes dans la région est le principal ennemi, au-delà des États qui leur font la guerre.

Pourquoi les humanitaires n'étaient pas accompagnés par des hommes armés dans cette zone ?

C'est peut-être l'imprudence que tous les Français de Niamey commettent. Je veux leur lancer un appel en leur disant que vraiment, à partir d'aujourd'hui, il ne faut plus aller dans cette zone. Généralement, quand les Français du Niger s'éloignent de Niamey, il y a des escortes, ils sont accompagnés par des militaires. L'armée nigérienne est une armée très sérieuse, c'est peut-être même la mieux tenue militairement dans la région. Elle arrive quand même à juguler des attaques de différents fronts de ces groupuscules jihadistes depuis 2013. Peut-être que les humanitaires ont été un peu naïfs et que dans cette zone-là, il va falloir renforcer les protocoles de sécurité. Il n'y avait jamais eu d'attaques parce que ça reste le "grand Niamey". Ils ont voulu passer une journée à aller voir les girafes, et il n'y a pas de protocole de sécurité très fort pour ça. Il va falloir changer ça.

Vous êtes à nouveau en ligne