Mouammar Kadhafi est mort à Syrte

(Radio France © France Info)

"Nous annonçons au monde que Kadhafi a été tué aux mains des révolutionnaires", déclare le porte-parole officiel du CNT à Benghazi. "C'est un moment historique, c'est la fin de la tyrannie et de la dictature? Kadhafi a rencontré son destin." _ Un peu plus tard, le Premier ministre Mahmoud Jibril a à son tour confirmé la nouvelle. "Nous attendions ce moment depuis longtemps", dit-il.

Actualisé à 19h, avec Kadhafi vivant après son arrestation

Cette fois c'est officiel. La confirmation est venue de Benghazi, de la bouche du porte-parole officiel du CNT, le Conseil national de transition - les nouvelles autorités du pays. “Nous annonçons au monde que Kadhafi a été tué aux mains des révolutionnaires”, déclare Abdel Hafez Ghoga. “C'est un moment historique, c'est la fin de la tyrannie et de la dictature. Kadhafi a rencontré son destin”.

Quelques heures plus tard, le Premier ministre convoquait une conférence de presse. Pour confirmer, à son tour, la mort de Kadhafi.“ Nous attendions ce moment depuis longtemps. Mouammar Kadhafi a été tué”, a déclaré Mahmoud Jibril.

Que s'est-il passé exactement ? Il est encore trop tôt pour le savoir précisément. Kadhafi a semble-t-il été gravement blessé à la tête et aux jambes alors qu'il tentait de fuir sa ville natale de Syrte. Syrte, qui est enfin tombée aujourd'hui aux mains du CNT.

D'après le ministre de l'Information du gouvernement provisoire, Kadhafi a été mortellement blessé dans une attaque menée par les forces du CNT.
_ Mais selon Abdel Madjid Mlegta, responsable militaire du CNT, l'ex-dirigeant libyen a été touché dans un raid aérien mené à l'aube par l'Otan.

Des images vidéo circulant sur internet et diffusées sur les chaînes de télévision Al-Arabiya et Al-Jazira montrent clairement que Mouammar Kadhafi était vivant au moment de sa capture par les forces du CNT. On voit en sang, pris à partie, tituber, crier quelque-chose. Autour de lui, des combattants brandissent des armes, on entend des coups de feu, mais il est impossible de savoir si l'un d'eux a tiré sur le prisonnier, ou si il est mort de maltraitance ou des suites de ses blessures.

Une assertion balayée du revers de la main par le porte-parole : “nous avons également des informations sur un convoi qui était bombardé par l'Otan alors qu'il fuyait Syrte. Certaines informations font état de la présence des fils de Kadhafi dans ce convoi, nous sommes en train de les vérifier”.

L'Otan ne prend pas vraiment parti. Elle ne fait que confirmer ce raid. L'Otan annonce avoir bombardé deux véhicules, aux environs de 8h30, dans les environs de Syrte, “qui menaient des opérations militaires et présentaient une menace claire pour les civils”, selon le colonel Roland Lavoie, porte-parole de l'opération Protecteur unifié.

Le corps de Kadhafi a été transféré à Misrata, et déposé dans une mosquée, selon la chaîne de télévision Al Jazeera. Selon Al Arabia, le corps a été amené dans un centre commercial du Souk Taouansa.

L'un des fils Kadhafi, Mouatassim, a également trouvé la mort dans les combats. Son corps est lui aussi dans l'ambulance qui partait pour Misrata. Tout comme celui du ministre de la Défense du régime déchu, Aboubakr Younès Jaber, tué lui aussi aujourd'hui.

Quant à Seif Al-Islam, considéré pendant un temps comme un possible successeur de son père, sa fuite semble toucher à sa fin : lors de sa conférence de presse, le Premier ministre Mahmoud Jibril a expliqué qu'une attaque serait en cours contre un convoi fuyant Syrte...

Et maintenant ?

“La proclamation officielle de la libération du pays sera annoncée très prochainement”, a expliqué le porte-parole du CNT. Peut-être même des aujourd'hui, a avancé le Premier ministre : le chef du CNT Moustapha “Abdeljalil va proclamer aujourd'hui ou au plus tard vendredi la libération du pays et donner des détails sur l'assassinat de Kadhafi”.