"Sissi est l'ennemi de Dieu", scandent des manifestants en Algérie et au Maroc à la mémoire de Morsi

Manifestation des Marocains contre \"le deal du siècle\", le plan américain de règlement du conflit israélo-palestinien, et la conférence économique de Bahrein , le 23 juin 2019 à Rabat.
Manifestation des Marocains contre "le deal du siècle", le plan américain de règlement du conflit israélo-palestinien, et la conférence économique de Bahrein , le 23 juin 2019 à Rabat. (- / AFP)

Moins d'une semaine après le décès de l’ancien président égyptien Mohamed Morsi, son tombeur, le président Abdel Fattah al-Sissi, a été la cible de manifestations de colère en Algérie et au Maroc.

L’onde de choc de la mort de l’ancien président égyptien Mohamed Morsi, en plein procès le 17 juin 2019 au Caire, a atteint le Maghreb où des manifestants ont scandé à Alger et Rabat les mêmes slogans contre son successeur.

Une marche contre Israël qui se retourne contre Sissi

Des milliers de manifestants participaient en effet le 23 juin 2019 à une marche à Rabat contre le plan de règlement américain du conflit israélo palestinien, baptisé le "deal du siècle", ainsi que contre la conférence prévue à Bahrein, consacrée à la présentation du volet économique de ce plan.

Organisée par l'Association marocaine de soutien au peuple palestinien (gauche panarabe), avec le soutien du puissant mouvement islamiste Al adl Wal Ihsane, du parti islamiste Justice et développement (PJD) - qui dirige la coalition gouvernementale -, de la Fédération de la gauche démocratique (FGD) et de l'Istiqlal (centre-droit), cette "marche du peuple marocain contre le congrès de la honte" avait, selon l'AFP, débuté avec des slogans très classiques.

"Mort à Israël", "Mort aux Etats-Unis", "Régimes arabes traîtres… alliés du sionisme", clamaient les manifestants. Toutefois, intervenant six jours après le décès de l’ancien président égyptien Mohamed Morsi, issu de la mouvance des Frères musulmans, des slogans ont été lancés à l’adresse de Abdel Fattah al-Sissi, considéré comme responsable de sa mort.

"Il n’est de Dieu que Dieu et Sissi est l’ennemi de Dieu", se sont mis à scander les manifestants à leur passage devant l’hôtel Berlin à Rabat, comme on peut le constater sur un document vidéo posté sur Twitter par Osama Rushdi, un Egyptien se présentant comme un homme politique indépendant, membre du Conseil national des droits de l’Homme.

("Le boucher Sissi est comme le diable, maudit par tous les peuples. Les tyrans ne parviendront pas à écrire l'Histoire avec des mensonges et des accusations contre les personnes honorables. C'est le président Morsi qui vous a mis à la poubelle de l'Histoire" )

Le même slogan deux jours plus tôt à Alger

Une manifestation similaire s’était déroulée deux jours auparavant à Alger, lors de l’acte XVIII du mouvement de contestation qui secoue le pays depuis le 22 février 2019.

Là encore, profitant du vendredi, jour de la prière de l’absent pour les défunts en Islam, ils étaient des milliers à défiler rue Hassiba Ben Bouali quand les manifestants se sont mis à chanter au rythmes des percussions : "Il n’est de Dieu que Dieu, Mohamed est l’envoyé de Dieu et Sissi est l’ennemi de Dieu", comme on peut l’entendre sur une vidéo postée sur tweeter.

Selon le site marocain Yabiladi, qui rapporte les informations sur ces manifestations particulières, "la marche de Rabat a également permis à des centaines de Marocains d’accomplir la prière de l’absent pour Mohamed Morsi".

Cette publication souligne que "contrairement à de nombreux pays arabes et islamiques, aucun parti ou mouvement islamiste, y compris parmi le groupe ayant condamné le coup d’Etat du 3 juillet 2013 (contre Morsi), n’ont appelé leurs fidèles à organiser de telle prière dans les mosquées ou les places publiques".

Vous êtes à nouveau en ligne