La PHOTO. Maroc: l'agitation continue dans le Rif après l'arrestation de Zefzafi

Quelques centaines de manifestants ont défilé devant le parlement de la capitale marocaine pour demander la libération du leader rifain Nasser Zefzafi. Dans la ville d\'Al-Hoceima, les habitants ont manifesté pacifiquement pendant plusieurs mois. La région réputée frondeuse demande un rattrapage économique en termes d\'hôpitaux, d\'écoles et d\'emplois. Un message reçu par les autorités qui ont décidé de faire de la région une priorité économique. Mais au fil des mois, la contestation, menée par un petit groupe d\'activistes locaux, a pris une tournure plus politique, exigeant le développement du Rif, dans un discours identitaire teinté de conservatisme et de références religieuses.
Quelques centaines de manifestants ont défilé devant le parlement de la capitale marocaine pour demander la libération du leader rifain Nasser Zefzafi. Dans la ville d'Al-Hoceima, les habitants ont manifesté pacifiquement pendant plusieurs mois. La région réputée frondeuse demande un rattrapage économique en termes d'hôpitaux, d'écoles et d'emplois. Un message reçu par les autorités qui ont décidé de faire de la région une priorité économique. Mais au fil des mois, la contestation, menée par un petit groupe d'activistes locaux, a pris une tournure plus politique, exigeant le développement du Rif, dans un discours identitaire teinté de conservatisme et de références religieuses.

Des milliers de Rifains sont descendus dans les rues d'Al-Hoceïma le 30 mai pour demander la libération de Nasser Zefzafi, leader de la contestation populaire dans le nord du Maroc. La police avait arrêté la veille le noyau dur du mouvement né en novembre 2016, après la mort tragique d'un vendeur de poisson. A Rabat et Casablanca, des rassemblements de «solidarité» ont été dispersés par la police.

Manifestation à Rabat en solidarité avec la révolte du Rif. Quelques centaines de manifestants ont défilé devant le parlement de la capitale marocaine pour demander la libération du leader rifain Nasser Zefzafi. Dans la ville d'Al-Hoceima, les habitants ont manifesté pacifiquement pendant plusieurs mois. La région réputée frondeuse demande un rattrapage économique en termes d'hôpitaux, d'écoles et d'emplois. Un message reçu par les autorités qui ont décidé de faire de la région une priorité économique. Mais au fil des mois, la contestation, menée par un petit groupe d'activistes locaux, a pris une tournure plus politique, exigeant le développement du Rif, dans un discours identitaire teinté de conservatisme et de références religieuses.
Vous êtes à nouveau en ligne