A Casablanca, un patrimoine architectural en sursis

Il faut agir vite pour sauver le patrimoine architectural de Casablanca, au Maroc.
Il faut agir vite pour sauver le patrimoine architectural de Casablanca, au Maroc. (FTV)

Casablanca, la Ville blanche, recèle des milliers de merveilles architecturales, art déco, néo-classiques, néo-mauresques, et autres. Mais ces immeubles historiques, délabrés faute d'entretien, sont menacés de démolition.

Karim Rouissi, président de l'association Casamémoire, lance un cri d'alarme. Si rien n'est fait, Dar Beïda (Casablanca, en arabe) va perdre son âme. Dans la première moitié du 20e siècle, la ville constituait un formidable laboratoire architectural et urbain.

Aujourd'hui, c'est une école à ciel ouvert dont la mémoire même est menacée, notamment par la spéculation immobilière. La nouvelle ville va prendre racine sur d'anciens bâtiments en ruine.

 

La spéculation immobilière menace les bâtiments historiques

AFPTV, le 29 avril 2012

 

Sans que soient prises des mesures de sauvegarde, la médina, habitée le siècle dernier par des Marocains, des Espagnols, des Italiens, des Portugais et des Français, où cohabitent trois mosquées, une synagogue et une église, pourrait être défigurée. Il en va de même pour l'hôtel Lincoln, construit en 1917, et qui s'effondre.

Casamémoire, qui a recencé 4000 immeubles à protéger, milite pour inscrire Casablanca au patrimoine mondial de l'Unesco.

 

Les heures de gloire de l\'hôtel Lincoln, bâti en 1917 conçu par l’architecte français Hubert Bride à Casablanca, au Maroc, ne sont plus qu\'un lointain souvenir (avril 2012).
Les heures de gloire de l'hôtel Lincoln, bâti en 1917 conçu par l’architecte français Hubert Bride à Casablanca, au Maroc, ne sont plus qu'un lointain souvenir (avril 2012). (FTV)

 

Vous êtes à nouveau en ligne