Maroc : la région du Rif en colère

France 3

Au Maroc, la région du Rif connaît depuis plusieurs mois une vague de contestation sociale et économique. La colère s'est accentuée. Une grande marche, prévue jeudi 20 juillet, a été interdite.

Le foyer de la contestation au Maroc est né dans la capitale du Rif, à Al Hoceïma. Dans les manifestations, des centaines de personnes révoltées contre la vie chère, la corruption et les répressions policières. À l'origine de cette colère, la mort en octobre dernier d'un vendeur de poisson, broyé dans une benne à ordure alors qu'il s'opposait à la destruction de sa cargaison d'espadon, une marchandise illégale.

Dix mois de colère

La fronde s'est étendue d'Al Hoceïma à la capitale Rabat. Au fil du temps, certains rassemblements dégénèrent en affrontements de rue. La répression s'intensifie avec l'arrestation des leaders du mouvement. Au total, 176 personnes ont été placées en détention préventive et encourent jusqu'à vingt mois de prison. Mais le mouvement, signe d'un grand malaise social au Maroc, ne s'essouffle pas. La manifestation prévue jeudi n'a pas été autorisée. La population bravera peut-être cet interdit.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne