VIDEO. Le QG des islamistes mis à sac à Gao

Francetv info

Gao, la plus importante ville du nord du Mali, était un des bastions islamistes. Après sa reprise par les troupes françaises et maliennes samedi, les habitants se sont vengés et ont saccagé le siège de la police islamique. Attention, certaines images peuvent choquer.

La joie de la libération a cédé la place à la colère et aux envies de vengeance dans les villes du nord du Mali, reprises par les troupes françaises et maliennes. A Gao, ancien bastion des jihadistes, le siège de la police islamique a été saccagé, samedi 26 janvier, quelques heures seulement après que la ville a été reconquise. Il était le symbole du joug qu'ont imposé les rebelles islamistes à la plus importante ville du nord du Mali, à 1 200 km au nord-est de Bamako.

Ces images ont été diffusées, mercredi 30 janvier, au lendemain d'autres scènes de mises à sac, à Tombouctou cette fois. Des magasins supposés appartenir à "des Arabes" assimilés aux islamistes ont été pillés, mardi, par une foule en colère.

Human Rights Watch (HRW) avait demandé lundi aux autorités de prendre "des mesures immédiates" pour "protéger tous les Maliens de représailles", évoquant "des risques élevés de tensions inter-ethniques" dans le Nord, où la rivalité est forte entre les minorités arabes et touareg, souvent assimilées à des islamistes, et les Noirs, majoritaires au Mali.

Attention, certaines images peuvent choquer.

Vous êtes à nouveau en ligne