VIDEO. A Gao, une victime raconte son amputation par les jihadistes

Gérard Grizbec et Frédéric Ranc - France 2

Devant la caméra de France 2, Argalass, 22 ans, revient sur les lieux de sa détention et raconte les sévices qu'il a subis des mains de ses geôliers.

Les témoignages se multiplient au Mali après la fuite vers le nord des jihadistes face à l'avancée des troupes françaises et maliennes. A Gao, ville reprise samedi 26 janvier, on découvre les exactions commises par les islamistes armés : amputations et exécutions.

Les envoyés spéciaux de France 2, Gérard Grizbec et Frédéric Ranc, ont retrouvé un homme qui a eu la main coupée parce qu'accusé de vol. Argalass, 22 ans, revient sur les lieux de sa détention et raconte les sévices que lui et d'autres détenus ont subis des mains de leurs geôliers. Sans procès, il a été condamné à l'amputation, et sa main a été coupée au couteau par le chef du groupe à Gao, ville alors contrôlée par les islamistes du Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao). Reportage.

Vous êtes à nouveau en ligne