Mali : vives tensions entre le pouvoir et les manifestants

Depuis vendredi 10 juillet, Bamako (Mali) voit de nombreux opposants montrer leur mécontentement par rapport à un pouvoir en place qui ne répond pas aux contraintes actuelles selon eux.

Ce quartier de Bamako représente un lieu de tensions presque permanentes depuis vendredi 10 juillet. Les manifestations se multiplient pour contester le pouvoir en place. Opposants et forces de l’ordre s’opposent violemment. L’Assemblée nationale et la télévision publique ont été incendiées par les protestataires. 11 personnes sont décédées pendant les violences.

Un pouvoir désabusé

Les opposants défilent dans la rue afin de remettre en cause la politique actuelle du Mali. Selon eux, le président Ibrahim Boubacar Keïta ne parvient pas à sortir le pays du marasme économique dans lequel il est. La menace terroriste qui pèse sur la population est un autre élément de discorde. Afin d’apaiser les tensions, le président a annoncé samedi 11 juillet la dissolution de la cour constitutionnelle. Lundi 13 juillet, les manifestants appellent eux à la manifestation jusqu’à que le chef de l'État démissionne.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne