Mali. Un attentat-suicide fait au moins cinq morts près de Tessalit

Un attentat-suicide à la voiture piégée à Inhalil, près de Tessalit, dans le nord-est du Mali, a fait au moins cinq morts, vendredi 22 février 2013.
Un attentat-suicide à la voiture piégée à Inhalil, près de Tessalit, dans le nord-est du Mali, a fait au moins cinq morts, vendredi 22 février 2013. (GOOGLEMAPS / FRANCETV INFO)

Les deux kamikazes et trois rebelles touareg ont perdu la vie lors de cette attaque survenue à Inhalil, près de Tessalit, dans le nord-est du pays.

Un attentat-suicide à la voiture piégée à Inhalil, près de Tessalit, dans le nord-est du Mali, a fait au moins cinq morts, vendredi 22 février. Il visait des rebelles touareg et des civils, ont indiqué des sources sécuritaires et des rebelles touareg du Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA). "Deux véhicules piégés ont explosé  dans une base du MNLA [à 6h30, heure de Paris]", a précisé un responsable du mouvement. "Les deux kamikaze sont morts et dans nos rangs il y a trois morts et quatre blessés graves", a-t-il ajouté. Selon lui, "trois véhicules ont aussi été incendiés par le souffle des explosions".

Le responsable a accusé le groupe islamiste Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao) d'être à l'origine de cet attentat. "Les terroristes ont toujours affirmé qu'ils combattraient les forces françaises et leurs alliés, c'est ce qui s'est passé à mon avis", a déclaré une source sécuritaire malienne contactée dans le nord du Mali depuis Bamako par l'AFP. Une accusation qui n'est pas sans fondement puisque le Mujao a revendiqué jeudi un attentat-suicide à la voiture piégée près d'une base militaire française, à Kidal.

Vous êtes à nouveau en ligne