Mali : quand les conflits minent la cohésion sociale

Des soldats français de l\'opération Barkhane patrouillent dans le centre du Mali, qui entre dans sa huitième année de conflit. 
Des soldats français de l'opération Barkhane patrouillent dans le centre du Mali, qui entre dans sa huitième année de conflit.  (Daphné Benoit / AFP)

Au Mali, "les conflits entraînent une forme de repli sur soi et de la méfiance aggravant les tensions entre les groupes". L'analyse de quatre chercheurs dans The Conversation.

Si le Mali a connu des soulèvements touaregs répétés, les groupes djihadistes ont commencé à prospérer à partir de la fin des années 2000, sous l’effet de l’insécurité croissante, du conflit libyen et du retrait du gouvernement central des régions sahéliennes. Début 2012, le pays entre en guerre. A l’époque, plusieurs groupes armés contestent l’autorité du gouvernement central : des groupes rebelles touaregs luttant pour l’indépendance du nord du Mali et des groupes jihadistes désireux d’imposer la charia au pays.

Après trois mois de combats, les principales villes du nord, dont Tombouctou, Gao et Kidal, sont sous le joug des insurgés. Parallèlement, un coup d’Etat militaire renverse le président Amadou Toumani Touré tenu pour responsable de la crise. Alors que les groupes jihadistes se déplacent vers le sud, la France lance en janvier 2013 l’opération Serval sous l’égide des Nations unies et envoie des troupes pour arrêter leur progression. A la fin du mois, la plupart des villes sont reprises.

Malgré la signature de deux accords de paix en 2014 et 2015 (à Ouagadougou et Alger), le conflit continue de s’intensifier : les groupes jihadistes poursuivent leurs attaques et de nombreux groupes armés aux prétentions très diverses s’organisent. A ce jour, le conflit a causé des milliers de victimes et des centaines de milliers de déplacés. Ces constats alarmants incitent à s’interroger sur les différents mécanismes qui aggravent cette crise ou la font perdurer.

Une chambre d’hôtel au Radisson Blu, un hôtel de luxe de la capitale du Mali au lendemain du siège meurtrier de djihadistes. (Bamako, 21 novembre 2015).
Une chambre d’hôtel au Radisson Blu, un hôtel de luxe de la capitale du Mali au lendemain du siège meurtrier de djihadistes. (Bamako, 21 novembre 2015). (Habibou Kouyate/AFP)

Un repli communautaire

Dans nos recherches, nous avons étudié les répercussions des conflits sur le capital social et la confiance interpersonnelle, essentielle au Mali. Les tendances en la matière contribuent à la compréhension de l’évolution du conflit et de l’activité économique dans le pays. En effet, le capital social et la confiance interpersonnelle sont des indicateurs des interactions personnelles et impersonnelles tant au sein d’un groupe qu’entre différentes communautés.

Ces interactions, surtout entre différents groupes, sont des moyens de partage et de circulation rapide de l’information ; elles favorisent les échanges et donc l’activité économique.

Un ouvrier contrôle la qualité de la fibre de coton dans une usine de textile malienne à Ségou (12 décembre 2018). Michele Catani/AFP

Les résultats de notre étude sont issus de la combinaison entre deux ensembles de données. Premièrement, des enquêtes auprès des ménages collectées par l’institut national de la statistique du Mali (INSTAT-Mali). Représentatives au niveau national et régional, ses enquêtes ont été réalisées en 2006 (ELIM) et tous les ans entre 2014 et 2016 (EMOP). Elles contiennent des informations sur la participation et la confiance tirées du module d’enquête Gouvernance, Paix et Sécurité (GPS) harmonisé dans le cadre de la stratégie pour l’harmonisation des statistiques en Afrique (SHaSA).

Deuxièmement, le recensement de tous les évènements violents qui ont été rapportés dans la presse ou par des organisations non gouvernementales opérant dans la région (ACLED). 758 évènements violents ont été comptabilisés entre 1997 et 2015, dont 90 % concernent les trois dernières années de cette période.

première cause des tensions locales. Elle conforte aussi les diagnostics de certains experts quant à la nécessité de solutions autres que sécuritaires pour éviter l’enracinement de la violence au Mali.

Des actions en faveur d’une meilleure gouvernance politique et d’un développement socio-économique plus inclusif, y compris une plus grande représentativité des institutions publiques et des incitations visant à favoriser la mixité ethnique devraient être explorées.


Cette contribution s’appuie sur l’article de recherche, « Fear not for man ? Armed conflict and social capital in Mali » publié en novembre 2019 dans le Journal of Comparative Economics.The Conversation

Emmanuelle Lavallée, Enseignant-chercheur en économie, Université Paris Dauphine – PSL; François Roubaud, Économiste, statisticien, directeur de recherche à l’IRD et membre de l’UMR DIAL, Institut de recherche pour le développement (IRD); Mireille Razafindrakoto, Directeur de recherche IRD, Université Paris Dauphine – PSL et Thomas Calvo, PhD Candidate in development economics, Université Paris Dauphine – PSL

Cet article est republié à partir de The Conversation sous licence Creative Commons. Lire l’article original.

Vous êtes à nouveau en ligne