Mali : des islamistes ont pris le contrôle de Tombouctou

Des habitants de Tombouctou (Mali), le 11 avril 2006.
Des habitants de Tombouctou (Mali), le 11 avril 2006. (ISSOUF SANOGO / AFP)

Les islamistes d'Ansar Dine et d'Al-Qaïda au Maghreb islamisque (Aqmi) se sont emparés de la ville après avoir chassé des membres du Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA), mouvement laïque.

Les islamistes d'Ansar Dine et d'Al-Qaïda au Maghreb islamisque (Aqmi) se sont emparés par la force lundi 2 avril de Tombouctou (Mali), selon l'Agence France-Presse. Ils ont chassé des membres du Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA), mouvement laïque. Les rebelles et les islamistes ont pourtant pris ensemble le contrôle du nord du pays, soit environ la moitié de son territoire, depuis le 22 mars. Cette date est celle du coup d'Etat militaire et marque le début de la crise dans le pays, qui sera examinée mardi par le Conseil de sécurité de l'ONU.

L'agence d'information en ligne mauritanienne Al-Akhbar, généralement bien informée sur la situation au Nord-Mali, a affirmé lundi que "des forces d'Aqmi ont investi dimanche soir la ville de Tombouctou, avec 50 véhicules surarmés". 

L'un des chefs d'Aqmi, Yahya Abou Al-Hammam, est entré dans la ville et fait de l'ancien état-major de l'armée malienne son Quartier général. "Désormais, les drapeaux d'Aqmi flottent sur l'état-major et partout dans le reste de la ville", a ajouté Al-Akhbar.

Leur drapeau flotte sur la ville

"Iyad est venu ce matin avec cinquante véhicules. Ils ont pris la ville, chassé les gens du MNLA [Mouvement national de libération de l'Azawad] qui étaient là, ont brûlé le drapeau du MNLA et ils ont mis leur drapeau au camp militaire de la ville", a raconté de son côté Moussa Haïdara, caméraman qui a filmé l'entrée dans la ville de Iyad Ag Ghaly, le leader d'Ansar Dine.

La prise de Tombouctou a été confirmée par des habitants de la ville, dont le responsable d'un des principaux hôtels de Tombouctou. "Ce lundi, Iyad Ag Ghaly est arrivé avec ses hommes à Tombouctou pour renvoyer les gens du MNLA", a dit cet hôtelier sous couvert de l'anonymat. "Il est venu à l'hôpital pour demander aux infirmiers de travailler, de soigner les gens. Après, Iyad a parlé à la population pour dire de ne pas avoir peur, qu'ils [les membres d'Ansar Dine] sont là pour l'islam, pas pour l'indépendance ou pour faire mal".

Des objectifs divergents entre islamistes et rebelles

Iyad Ag Ghaly est une figure des rébellions touareg des années 1990 qui se bat aujourd'hui pour l'application de la charia au Mali par "la lutte armée". Ses objectifs sont différents de ceux des rebelles du MNLA, mouvement laïque qui se bat pour l'indépendance de l'Azawad, région naturelle du nord du Mali considérée comme le berceau des Touareg.

Jusqu'à lundi, les deux groupes faisaient pourtant cause commune en s'emparant du nord du Mali après le coup d'Etat militaire qui, le 22 mars, a renversé à Bamako le président Amadou Toumani Touré. Ils ont notamment pris coup sur coup les trois capitales régionales du nord du Mali, Kidal, Gao et Tombouctou, sans rencontrer de résistance de l'armée malienne, sous-équipée.

Vous êtes à nouveau en ligne