Mali. Des islamistes détruisent les derniers mausolées de Tombouctou

Des combattants islamistes du groupe armé Ansar Dine, à Tombouctou (Mali), le 3 avril 2012.
Des combattants islamistes du groupe armé Ansar Dine, à Tombouctou (Mali), le 3 avril 2012. (AFP TV / FRANCE 2)

Ils ont achevé, dimanche, les destructions de lieux sacrés entamées au mois de juin.

Elle est surnommée "la cité des 333 saints". Mais la ville de Tombouctou, au Mali, voit ses mausolées détruits un à un par les islamistes du groupe Ansar Dine, qui contrôlent le nord du pays depuis début avril. Des témoins affirment que les islamistes ont commencé à détruire, dimanche 23 décembre, à coups de pioche, les derniers mausolées qui avaient jusqu'alors été épargnés.

Des informations confirmées par les islamistes eux-mêmes. "Il ne va pas rester un seul mausolée à Tombouctou, Dieu n'aime pas ça, nous sommes en train de casser tous les mausolées cachés dans les quartiers", a déclaré Abou Dardar, un responsable d'Ansar Dine. Mohamed Alfoul, qui se présente comme un membre d'Aqmi à Tombouctou, a de son côté justifié ces destructions en affirmant que tout ce qui ne relève pas de l'islam, "ce n'est pas bien, l'homme doit vénérer seulement Allah".

Outre les cimetières et les mosquées, plusieurs ruelles et des habitations privées de la ville abritent également des mausolées, vénérés par la population. En juillet et en octobre, les islamistes d'Ansar Dine et d'Aqmi, qui considèrent la vénération des saints comme "de l'idolâtrie", avaient suscité un tollé général en détruisant des mausolées en terre dans l'enceinte de la plus grande mosquée de la ville, classée patrimoine mondial en péril.

Vous êtes à nouveau en ligne