Mali. Arrêté par des militaires, le Premier ministre démissionne

L\'ancien Premier ministre malien, Cheick Modibo Diarra, le 29 août 2012 à Bamako (Mali).
L'ancien Premier ministre malien, Cheick Modibo Diarra, le 29 août 2012 à Bamako (Mali). (HABIBOU KOUYATE / AFP)

Cheick Modibo Diarra a été interpellé par des militaires proches du capitaine Sanogo, ancien putschiste. 

MALI – Choc politique à quelques mois d'une possible intervention militaire internationale. Cheick Modibo Diarra, le Premier ministre malien, a été arrêté à son domicile par des militaires dans la nuit de lundi à mardi 11 décembre. Cet homme de 60 ans avait été nommé Premier ministre en avril par le président par intérim Dioncounda Traoré. Ce dernier avait été désigné à la tête de l'Etat après la remise du pouvoir à des civils à la suite d'un putsch militaire qui, le 22 mars, avait renversé le président Amadou Toumani Touré. 

Ce sont les putschistes du capitaine Amadou Haya Sanogo qui ont arrêté le Premier ministre connu pour ses prises de position en faveur d'une intervention militaire internationale pour reconquérir le nord du Mali.

Cheick Modibo Diarra était, avant sa nomination, en avril, un astrophysicien de renommée internationale qui avait décidé en 2011 de se lancer en politique. Il avait, auparavant, dirigé plusieurs missions spatiales pour la Nasa. Sa démission plonge encore un peu plus dans la crise et l'incertitude le Mali, dont la moité nord du territoire est entièrement occupée depuis juin par des islamistes armés liés à Al-Qaïda. Une intervention militaire étrangère, demandée par Cheick Modibo Diarra et contestée par le capitaine Sanogo, est à l'étude pour les en chasser. 

Arrêté avant un vol pour Paris

Lors d'une brève allocution à l'Office de radio-télévision du Mali (ORTM), l'air grave et les traits tirés, Cheick Modibo Diarra a remercié ses collaborateurs et souhaité que "la nouvelle équipe" qui lui succédera réussisse sa mission. 

APTN

L'ancien Premier ministre malien avait prévu de partir lundi soir pour Paris afin d'y passer un contrôle médical, selon son entourage. Il s'apprêtait à se rendre à l'aéroport quand il a appris que ses bagages avaient été débarqués de l'avion qui devait l'emmener en France et il est resté à son domicile, où il a été arrêté.

Quant au capitaine Amadou Haya Sanogo, il avait été contraint de rendre le pouvoir à des civils deux semaines après son putsch, mais lui et ses hommes sont restés très influents à Bamako où ils ont été accusés d'avoir commis de nombreuses exactions contre des partisans de l'ancien président renversé. Ce militaire a néanmoins été nommé par le président malien par intérim, Dioncouda Traoré, à la tête d'une structure chargée de réformer l'armée malienne, sous-équipée et démoralisée.

Vous êtes à nouveau en ligne