LA PHOTO. Le Mali se prépare pour l'Aïd el-Kébir

Une chèvre est lavée dans la rivière en prévision du sacrifice de l\'Aïd el-Kébir à Bamako le 20 août 2018. Cette célébration, aussi importante que le Noël chrétien ou Hanoukka pour les juifs, commémore le sacrifice d\'Abraham relaté dans le Coran et dans l\'Ancien Testament. La viande du sacrifice sera partagée entre la famille, les voisins et pour des actions de charité.
Une chèvre est lavée dans la rivière en prévision du sacrifice de l'Aïd el-Kébir à Bamako le 20 août 2018. Cette célébration, aussi importante que le Noël chrétien ou Hanoukka pour les juifs, commémore le sacrifice d'Abraham relaté dans le Coran et dans l'Ancien Testament. La viande du sacrifice sera partagée entre la famille, les voisins et pour des actions de charité. (MICHELE CATTANI / AFP)

Les musulmans du monde entier célèbrent l'Aïd el-Kébir, aussi appelé «Tabaski» ou «fête du sacrifice». Pour marquer la fin du pèlerinage du hadj à La Mecque, les croyants sacrifient chèvres, moutons, vaches ou chameaux et se rendent sur les tombes de leurs ancêtres.

Au Mali, des enfants lavent une chèvre en préparation du sacrifice de l'Aïd Une chèvre est lavée dans la rivière en prévision du sacrifice de l'Aïd el-Kébir à Bamako le 20 août 2018. Cette célébration, aussi importante que le Noël chrétien ou Hanoukka pour les juifs, commémore le sacrifice d'Abraham relaté dans le Coran et dans l'Ancien Testament. La viande du sacrifice sera partagée entre la famille, les voisins et pour des actions de charité.
Vous êtes à nouveau en ligne