Sophie Pétronin : une libération complexe à organiser

Dans un pays immense comme le Mali, la libération de Sophie Pétronin a été rendue possible grâce à plusieurs interlocuteurs. Dans le nord où sévissent les guérillas djihadistes, il faut toujours garder de la prudence.

Compte tenu des distances à parcourir au Mali, la libération de Sophie Pétronin a été actée en tout début de semaine, juste après que les 200 djihadistes ou membres des groupes maliens, qui ont été libérés dans leur région d'origine. Il a fallu plus de cinq jours avant que ne s'opère un transfert. En raison de distances immenses, les djihadistes font attention à la façon dont ils se déplacent, détaille Etienne Leenhardt, chef du service étranger de France Télévisions.

Trouver des solutions politiques

En outre, les deux otages n'étaient pas détenus au même endroit. Il a fallu les rapatrier sur Bamako. Deux otages italiens étaient avec Sophie Petronin, un prêtre enlevé il y a plusieurs années et un touriste qui souhaitait rejoindre Tombouctou en vélo il y a quelques mois. Le changement de régime a-t-il changé les choses ? Ces libérations s'inscrivent dans un processus global de réconciliation avec les populations du Nord. Il y aurait de la part de la junte malienne et des Touaregs du nord une volonté de trouver de solutions politiques, précise Etienne Leenhardt.

Vous êtes à nouveau en ligne