Mali : une attaque au véhicule piégé à l'entrée de la base française de Gao fait trois blessés

Un soldats estonien participant à l\'opération Barkhane à Gao (Mali), ici en août 2018. 
Un soldats estonien participant à l'opération Barkhane à Gao (Mali), ici en août 2018.  (FRED MARIE / HANS LUCAS)

Le pronostic vital des soldats français et estoniens blessés n'est pas engagé, selon le porte-parole de l'état-major français des armées.

Un véhicule piégé a explosé lundi 22 juillet à l'entrée de la vaste base militaire française de Gao, dans le nord-est du Mali, faisant trois blessés français et estoniens, a annoncé le porte-parole de l'état-major français des armées, le colonel Frédéric Barbry. Selon les informations communiquées par l'état-major de l'armée française à franceinfo, le véhicule n'est pas entré dans la base militaire.

"Il y a eu une attaque par un véhicule piégé à 15h45 (17h45, heure française) à l'entrée de la partie française du camp de Gao", partagé entre la force française antijihadiste Barkhane, la force de maintien de la paix des Nations unies (Minusma) et les forces armées maliennes (Fama), a-t-il précisé  en faisant état de "trois militaires français et estoniens blessés", dont le pronostic vital n'est pas engagé.

Le 1er juillet 2018, une patrouille conjointe de soldats français et maliens avait été prise pour cible dans les rues de Gao. L'attaque avait fait quatre morts parmi la population civile et plusieurs dizaines de blessés, dont quatre militaires de Barkhane, l'opération menée depuis 2014 par l'armée française contre les groupes armés djihadistes dans la région.

Vous êtes à nouveau en ligne