Mali : un groupe islamiste lié à Al-Qaïda revendique l'attaque qui a tué deux soldats français

Des soldats français engagés dans l\'opération Barkhane patrouillent à Timbamogoye, au Mali, le 10 mars 2016.
Des soldats français engagés dans l'opération Barkhane patrouillent à Timbamogoye, au Mali, le 10 mars 2016. (PASCAL GUYOT / AFP)

Le Groupe de soutien de l'islam et des musulmans est lié à l'enlèvement d'au moins six Occidentaux ces dernières années.

Le Groupe de soutien de l'islam et des musulmans (GSIM) a revendiqué, vendredi 23 février, l'attaque qui a tué deux soldats français au Mali. Le GSIM est une organisation islamiste malienne liée à Al-Qaïda. Il est responsable d'autres attaques dans le pays et lié à l'enlèvement d'au moins six Occidentaux ces dernières années. Il a revendiqué l'attaque sur deux sites internet mauritaniens via lesquels il a déjà communiqué.

Deux soldats français ont été tués et un blessé, mercredi 21 février, dans l'explosion d'une mine artisanale entre Gao et Ménaka, dans le nord-est du Mali. Cette zone, située près de la frontière avec le Niger et le Burkina Faso, servirait de refuge à des groupes jihadistes que la force conjointe du G5 Sahel s'est donnée pour mission de chasser.

Quelque 4 000 militaires français sont déployés au Sahel pour l'opération antijihadiste Barkhane. Ces deux décès portent à 12 le nombre de militaires français tués depuis le lancement de Barkhane, à l'été 2014.

Vous êtes à nouveau en ligne