Mali : un chef jihadiste tué par des frappes aériennes françaises

Des soldats traversent la base militaire française de Gao (Mali), le 31 décembre 2013.
Des soldats traversent la base militaire française de Gao (Mali), le 31 décembre 2013. (JOEL SAGET / AFP)

Omar Ould Hamaha "fait partie des dix terroristes tués la semaine dernière par les avions français", selon un responsable de l'armée malienne.

Il était recherché par le Mali et les Etats-Unis. Le chef jihadiste malien Omar Ould Hamaha a été tué entre les 4 et 5 mars, lors de frappes de l'armée française dans l'extrême nord-est du Mali. "Omar Ould Hamaha, le terroriste de nationalité malienne, fait partie des dix terroristes tués la semaine dernière par les avions français" , a déclaré à l'AFP à Bamako un haut responsable de l'armée malienne.

Le 6 mars, le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, avait révélé qu'une dizaine de combattants jihadistes avaient été tués entre les 4 et 5 mars par les forces françaises, dans la vallée de l'Amettetaï (région de Kidal). Il n'avait alors fourni aucune indication d'identité. La mort d'Oumar Ould Hamaha a été confirmée à l'AFP par une source sécuritaire régionale. Selon elle, il a été tué "les armes à la main".

Omar Ould Hamaha a été responsable de différents groupes jihadistes, dont le Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao) et Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), qui ont occupé pendant près de dix mois, entre 2012 et début 2013, les régions du nord du Mali.

Vous êtes à nouveau en ligne