Coronavirus : des "perspectives raisonnables" d'obtenir un vaccin "dans les prochains mois", estime Emmanuel Macron

Emmanuel Macron lors d\'une conférence de presse commune avec Angela Merkel, le 20 août 2020 au Fort de Brégançon (Var).
Emmanuel Macron lors d'une conférence de presse commune avec Angela Merkel, le 20 août 2020 au Fort de Brégançon (Var). (CHRISTOPHE SIMON / POOL / AFP)

Les contaminations sont en hausse ces derniers jours en France, où elles ont dépassé la barre quotidienne des 3 000 cas à quatre reprises depuis samedi 15 août.

Il ne perd pas espoir. Emmanuel Macron a estimé, jeudi 20 août, qu'il existait des "perspectives raisonnables" d'obtenir un vaccin contre le coronavirus "dans les prochains mois", lors d'une conférence de presse conjointe avec la chancelière allemande Angela Merkel. Les contaminations sont en hausse ces derniers jours en France, où elles ont dépassé la barre quotidienne des 3 000 cas à quatre reprises depuis samedi 15 août.

 La France prête à accueillir l'oppossant russe Alexeï Navalny. Emmanuel Macron s'est dit prêt à offrir "toute assistance nécessaire à Alexeï Navalny, à ses proches, sur le plan sanitaire, sur le plan de l'asile, de la protection".  L'opposant russe est hospitalisé dans un état grave à l'hôpital d'Omsk, en Sibérie, après s'être senti mal dans un avion. "Toute la clarté devra être faite" sur les circonstances ayant conduit à son hospitalisation, a prévenu Emmanuel Macron.

 Une médiation européenne en Biélorussie. Emmanuel Macron a proposé une médiation de l'UE entre les différents acteurs de la crise en Biélorussie, en liaison avec la Russie. "Un dialogue entre les autorités, l'opposition et la société civile est (...) indispensable. Nous souhaitons que ce dialogue puisse être mis en place par les Biélorusses eux-mêmes. Mais l'Union européenne se tient prête néanmoins à accompagner celui-ci, si notre rôle de médiation peut être utile et est souhaité par les Biélorusses, avec d'autres institutions, notamment l'OSCE, et incluant la Russie dans le dialogue exigeant", a déclaré le président français.

 Un "fort niveau de convergence". "Aujourd'hui, le lien Macron-Merkel est devenu très fort", assure Clément Beaune, le secrétaire d'Etat aux Affaires européennes, dans Le Parisien, en insistant sur "la nécessité d'un véritable alignement entre les deux pays". Cette entente avait été ostensiblement affichée il y a un mois par Angela Merkel et Emmanuel Macron au sommet européen "historique" de Bruxelles, où, durant cinq jours, ils avaient bataillé ensemble pour faire accepter par les 27 pays membres de l'UE un plan de 750 milliards d'euros destiné à aider l'UE à surmonter la crise économique déclenchée par le Covid-19.

 Troisième invitée d'Emmanuel Macron à Brégançon. Après la Britannique Theresa May en 2018 et le Russe Vladimir Poutine l'an dernier, Angela Merkel est le troisième dirigeant à être invité au fort de Brégançon par Emmanuel Macron qui, plus que ses prédécesseurs, semble apprécier ce fort bâti sur un éperon rocheux au-dessus de la Méditerranée.

Vous êtes à nouveau en ligne