Des forces spéciales pour les mines d'Areva au Niger ?

Une usine d\'Areva traitant l\'uranium au Niger, le 26 septembre 2010
Une usine d'Areva traitant l'uranium au Niger, le 26 septembre 2010 (ISSOUF SANOGO / AFP)

Après le déclenchement de l'intervention française au Mali et la prise d'otage d'In Aménas, des commandos seraient envoyés pour suveiller les mines d'uranium, selon "Le Point".

Après le déclenchement de l'intervention française au Mali et la prise d'otages en Algérie, des commandos français vont-ils être envoyés au Niger pour protéger les mines d'uranium d'Areva ? C'est ce qu'affirme lepoint.fr, selon qui le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian a donné son accord "en début de semaine".

"Dans un délai très rapide, le COS (commandement des forces spéciales) viendra renforcer la sécurité des principaux sites (...) au Niger, à Imouraren, ainsi qu'à 80 kilomètres de là à Arlit, où cinq des actuels otages français du Sahel avaient été capturés", écrit le journaliste Jean Guisnel. Il précise que "jusqu'à présent, les forces spéciales françaises ne participaient pas directement à la sécurité d'intérêts privés".

Le président d'Areva, Luc Oursel, a simplement répondu sur BFM Business que le groupe nucléaire français avait renforcé ses mesures de sécurité au Niger. "Nous sommes amenés à renforcer nos mesures de sécurité (...) pour tenir compte de cette situation", a dit Oursel. Il a refusé de confirmer ou non les informations du Point : "Sur tous ce sujets de sécurité, vous comprenez bien qu'une partie de l'efficacité c'est évidemment la confidentialité".

Vous êtes à nouveau en ligne