Des combattants du groupe islamiste nigérian Boko Haram au Mali

Gao (Mali), le 16 novembre 2006. Une centaine de combattants du mouvement islamiste nigérian Boko Haram seraient arrivés dans cette ville.
Gao (Mali), le 16 novembre 2006. Une centaine de combattants du mouvement islamiste nigérian Boko Haram seraient arrivés dans cette ville. (GEORGES GOBET / AFP)

Ils sont à Gao, dans le nord du Mali, tombé aux mains de rebelles touareg et d'autres groupes armés.

Au moins une centaine de combattants du mouvement islamiste nigérian Boko Haram figurent parmi les islamistes présents à Gao (Mali), ont affirmé des sources à l'Agence France-Presse lundi 9 avril. Cette ville se situe dans le nord du pays, une région tombée aux mains de rebelles touareg et d'autres groupes armés.

"Il y a une bonne centaine de combattants de Boko Haram à Gao. Ce sont des Nigériens et des Nigérians. Ils ne se cachent pas. Certains arrivent même à parler en langue locale pour expliquer qu'ils sont de Boko Haram", a affirmé à l'AFP Abdou Sidibé, député du nord du Mali. "Ils sont plus de cent, les gens de Boko Haram à Gao. Ils étaient les plus nombreux quand ils ont attaqué [le 5 avril] le consulat d'Algérie", a indiqué de son côté une source sécuritaire malienne.

Des contacts entre Boko Haram et Aqmi

Le mouvement islamiste Boko Haram multiplie depuis des mois les opérations meurtrières au Nigeria. Dans ce pays, quarante-cinq personnes ont été tuées pendant les fêtes de Pâques lors d'attaques attribuées à ce groupe.

Boko Haram et Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) ont noué des contacts. Selon certaines sources citées par l'AFP, ils auraient même entamé une coopération qui fait craindre aux Etats de la région et aux pays occidentaux une jonction entre les deux mouvements.

Vous êtes à nouveau en ligne