Attentat à Bamako : retour sur les derniers éléments de l'enquête

France 2

L'attentat survenu à Bamako (Mali) a été revendiqué dimanche 8 mars, dans la matinée.

L'attaque survenue dans la nuit du vendredi 6 au samedi 7 mars a été revendiquée par le groupe islamiste al-Mourabitoune. Il s'agit d'un groupe dirigé par le chef algérien Mokhtar Belmokhtar, l'un des chefs jihadistes les plus recherchés du Sahel.
 
Dans un enregistrement audio, il indique avoir voulu venger le prophète de l'Occident qu'il qualifie de "mécréant", après les insultes que le prophète aurait subies. Une allusion claire à l'affaire Charlie Hebdo.
 
Une première à Bamako
 
Ce sont donc bien des Occidentaux qui étaient visés. C'est la première fois que Bamako, la capitale, est prise pour cible. Jusqu'à présent, les groupes jihadistes étaient très présents dans le nord du pays. Des affrontements réguliers les opposent à l'armée française, mais c'est la première fois que le conflit se déplace dans la capitale et c'est bien ce qui inquiète les autorités maliennes et les autorités françaises qui ont annoncé leur intention de coopérer. 
Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne