Après l'intervention au Mali, Hollande gagne un point de popularité

François Hollande en déplacement à Eyrein près de Tulle (Corrèze), le 14 septembre 2012.
François Hollande en déplacement à Eyrein près de Tulle (Corrèze), le 14 septembre 2012. (THIERRY ZOCCOLAN / AFP)

En chute constante depuis son élection en mai 2012, la cote de popularité du président, ansi que celle du Premier ministre, remonte, indique un sondage ifop pour le JDD.

Faut-il y voir un "effet Mali" ?  La cote de popularité de François Hollande, en chute constante depuis son élection en mai 2012, a regagné un point en un mois, coïncidant avec sa décision d'engager la France au côté de l'armée malienne contre les islamistes installés dans le nord du pays.

Selon un sondage Ifop paru dimanche 20 janvier dans le Journal du Dimanche, 38% des Français se déclarent satisfaits de son action contre 37% en décembre. Le total des mécontents reste stable : 62% en janvier, comme en décembre.

L'impact des conflits sur la popularité 

Engager des troupes françaises dans des conflits peut en effet se révéler positif pour la popularité d'un chef d'Etat, note le JDD. "Entre août 1990 et mars 1991, François Mitterrand, en berne dans les sondages, avait regagné 19 points après avoir lancé l’armée dans les sables d’Irak, aux côtés des alliés", rappelle l'hebdomadaire. Pourtant, cela ne se vérifie pas toujours, comme le montre l'exemple de l'intervention en Libye en 2011, initiée par Nicolas Sarkozy. "Cette intervention était approuvée par l’opinion. Mais le baromètre Ifop-JDD a continué de mesurer 71% à 72% de mécontents entre mars et mai 2011", poursuit le JDD.

Or, selon un sondage BVA réalisé pour Le Parisien.fr, mardi 15 janvier, les trois quarts des Français sont favorables à l'intervention militaire française au Mali. Il s'agit de la plus forte approbation pour une opération militaire de ce type depuis quinze ans.

Jean-Marc Ayrault remonte de 3 points 

Quant au Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, il a regagné trois points en un mois :  38% de Français se déclarent en janvier satisfaits de son action, contre 35% en décembre dernier. Le total des mécontents s'établit à 60% pour Jean-Marc Ayrault contre 63% au mois de décembre.

Le sondage a été réalisé du 10 au 18 janvier auprès d'un échantillon de 1948 personnes représentatif de la population française selon la méthode des quotas.

Vous êtes à nouveau en ligne